Le recrutement du personnel de santé étranger par les établissements suisses

Comment faire pour travailler dans le secteur de la Santé en Suisse quand on est étranger ? Nous allons tenter d’apporter des éléments de réponse à cette question.

Après avoir présenté un état des lieux du secteur de la santé en Suisse et des opportunités qu’il proposait aux travailleurs étrangers (frontaliers et expatriés), nous vous présentons  la manière dont les établissements de santé suisses recrutent du personnel étranger.

Nous tenterons de répondre aux questions suivantes :

  • Comment les établissements spécialisés suisses recrutent-ils le personnel étranger ?
  • Comment les professionnels de la santé étrangers s’informent-ils des opportunités de travail en Suisse ?
  • Comment ces professionnels perçoivent-ils le recrutement en Suisse ?

Ces informations sont issues d’une étude officielle intitulée « Recherche qualitative sur  le personnel de santé étranger en Suisse et sur son recrutement », éditée par la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS).

Les méthodes de recrutement des professionnels de la santé par les entreprises et établissements suisses

Compte tenu du marché qui est de plus en plus tendu avec de moins en moins d’offres spontanées reçues, de plus en plus d’offres d’emploi en Suisse pour ces profils, et les profils spécialisés qui se font de plus en plus rares, les professionnels de la santé en Suisse utilisent plusieurs canaux pour recruter du personnel étranger :

Internet, le moyen le plus efficace

Les cliniques privées, hôpitaux universitaires ou EMS recrutent le plus de candidats via le Web, soit par le biais de leur site, soit par le biais de jobboards qui présentent l’avantage de toucher un nombre important de candidats . Les annonces sur ces supports sont de plus en plus employées, alors que les annonces dans les journaux le sont de moins en moins, notamment parce qu’elles coûtent cher. De même, il semblerait que le taux de réponse des annonces parues dans les journaux soit faible.

Le bouche à oreille, le réseau

Le bouche à oreille est un autre moyen de recrutement pour les établissements de soins en Suisse, notamment pour le recrutement des médecins et les infirmières et infirmiers. De fait, les établissements de santé font en sorte que leur image soit et reste bonne auprès de ces professionnels étrangers, car ils savent que les professionnels de santé demandent à leurs collègues des informations sur tel ou tel établissement, sa réputation…

L’étude ne le mentionne pas explicitement, mais un excellent moyen de récupérer de l’information sur un établissement de soin particulier consiste à être actif sur les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn, Xing ou Viadeo, qui permettront  notamment aux candidats de détecter, par exemple, une infirmière travaillant dans un établissement ou un service précis.

Les agences de placement

Il semblerait que selon les cantons, les habitudes varient. Par exemple, dans l’étude, les établissements du canton de Vaud semblent recourir davantage aux agences de placement que les établissements de soin du canton de Bâle-Ville, ces derniers considérant comme élevés les coûts de recrutement de ces agences (note : en général, l’agence de placement ou le cabinet de recrutement est rémunéré selon un pourcentage du salaire annuel de l’employé qu’elle a placé dans l’établissement de soin).

Les agences de placement sont utilisées pratiquement systématiquement dans 2 cas :

  • s’il y a urgence à recruter (défection à court terme, besoin de personnel temporaire rapidement)
  • pour certaines spécialités : les soins intensifs par exemple, ou encore les infirmiers et infirmières spécialisées en techniques opératoires et pour lesquels le recrutement est particulièrement difficile.

Il semblerait enfin que les établissements de santé  des grandes villes suisses comme Genève, Bâle ou Zurich font plus souvent appel aux agences de placement que les établissements de Suisse centrale par exemple.

La mise en avant de la formation

Certains établissements proposent de former les candidats, ce qui peut avoir un intérêt particulier et permettre notamment  à un candidat étranger n’ayant jamais travaillé en Suisse de commencer. A l’inverse, certains établissements ne recrutent que du personnel déjà formé.

Le recrutement des médecins étrangers : difficile, voire impossible dans certains cas

Selon la spécialité recherchée, il peut être très difficile de recruter un médecin étranger . Les établissements suisses ne font en général pas appel aux agences de placement pour recruter un médecin étranger, mais utilisent plutôt le réseau interne de médecins, ainsi que des annonces d’offres d’emploi dans les revues spécialisées.

Le recrutement de personnel directement à l’étranger

Les établissements de santé suisses ont par le passé parfois directement tenté de recruter à l’étranger, ou alors par le biais d’agences de placement qui avaient des « antennes » dans les pays concernés. D’après certains professionnels, c’est d’ailleurs déjà le cas dans certains pays, comme le Portugal, l’Inde ou les Philippines.

Il semblerait que les résultats de ces démarches ont été plutôt décevants. Par ailleurs, avec le Web, il est aujourd’hui assez facile de toucher des professionnels étrangers. Cependant, les établissements affirment que dans l’avenir, il est probable qu’ils recrutent de plus en plus en utilisant cette méthode de recrutement direct.

Les agences de placement présentes dans les pays d’où sont originaires les travailleurs étrangers jouent un rôle visiblement important, puisque plus de 25% des professionnels de santé interrogés dans l’étude ont été recrutés par le biais d’agences spécialisées dans le recrutement du personnel de soin en France, au Canada et en Belgique.

Comment les infirmiers, infirmières et médecins ont-ils trouvé leur 1er poste en Suisse ?

C’est grâce à Internet, par le biais d’agences de placement ou par leur réseau que les professionnels de santé interrogés ont trouvé leur 1er poste en Suisse. Selon le ressenti de ces mêmes personnes, le processus de recrutement leur a paru simple et rapide.

D’où viennent les professionnels de santé étrangers ?

Les infirmiers et infirmières proviennent principalement des pays de l’Union européenne, notamment grâce à la facilité d’obtention du permis de travail suisse grâce aux accords bilatéraux . Les autres sont recrutés au sein des pays de l’OCDE (Canada notamment).

Néanmoins, ce sont dans les pays limitrophes, France, Allemagne, Italie et Autriche qu’on retrouve le plus personnel de santé qualifié. On trouve parmi ces personnes de nombreux travailleurs frontaliers.

Les principaux critères de recrutement (en termes de pays)

Les établissements de santé mettent en avant 4 critères pour le recrutement :

  • la langue : la langue maternelle du travailleur étranger doit idéalement être celle parlée dans l’établissement de santé
  • les compétences : les établissements suisses recherchent des professionnels ayant suivi une formation qui leur donne un maximum de compétences
  • la formation : elle doit être la plus proche possible de la formation suisse
  • les compétences culturelles et la capacité d’intégration : (note : l’intégration en Suisse , critère souvent ignoré ou sous-estimé, est à l’origine de nombreux échecs et de retour au pays).

Les travailleurs étrangers qui recherchent un emploi en Suisse pourront consulter notre page « Infirmières et professions de santé suisse » et pourront consulter notre rubrique « CV et lettre de motivation  » pour préparer leur dossier de candidature.

Plus d’informations dans l’étude intégrale.

News – 15 novembre 2010

Commentaires

  1. krour yamina a écrit

    Bonsoir, j’ai l’ honneur de vous demandez de me faire parvenir par email les demarches administratives a suivre pour obtenir un emploi au niveau de vos etablissements sanitaires qui se trouvent en suisse.
    Je vous informe que je suis titulaire d’ un diplome d ‘ etat d’ infirmier anesthesiste et j’ exerce mon metier au CHU de Sidi Bel A bbes en Algerie depuis decembre 2004 a ce jour.

  2. youssef karkouri a écrit

    bonjour,
    J’ai lu les articles concernant le travail en suisse. Et comme je suis un médecin tunisien avec un diplome tunisien en médecine générale, je me demandais si c’était possible de faire une formation en une spécialité médicale (cardiologie, gastroentérologie, orthopédie…) en suisse. Si oui, quelles sont les démrches a suivre. Merci

  3. zouhair a écrit

    Bonjour,,,

    Medecin libanais , titre d’ un diplome europeene ( italie ) , qualification en medicine generale ( profile urgences ) en france , ou je travaillais au juin 2010, obtenue l’ aut. De travail et inscription . Au C. des ordres des medecins en France ,,aussi bien en belgique

    Langues : francais, anglais , italien , arabe

    disponibile pour un post vacant en suisse

    A votre disposition pour les pieces demandes.
    PS selon lea autorite federale de sante , pas de probleme pour travailler sous titre dependant
    Bien a vous..

  4. Amel chaker a écrit

    Bonjour,

    Je suis une diplômée marocaine de l’université de Genève, ( pharmacie) ,est ce que je peux obtenir un permis de travail et plus tard un permis C étant donné que cela fait 10 ans que je suis en Suisse en tant qu’étudiante? Si oui, après combien de temps je peux faire ma demande de permis C ? Merci infiniment.

  5. chiro a écrit

    bonjour,
    je suis chirurgien orthopédiste algérien, pensez vous qu’il y’a possibilité de trouver recrutement en suisse , ,?
    Merci

  6. Nadia a écrit

    Bonjour , je suis gastroentérologue algérienne avec une expérience professionnelle de 5 a,s
    j’aimerai trouver un poste de travail dans un hôpital suisse ou un grand laboratoire de recherche , mais je ne sais pas quelle procédure suivre , Pourriez vous m’éclairer ? Merci à vous

  7. Cris a écrit

    Bonjour David et félicitation pour votre site
    Je suis anesthésiste grec et je travaille pendant 4 ans dans un hôpital privé en unité de soins intensifs en Grèce
    J’ai commençé mes études en médecin en Belgique (francophone) j’ai fini les deux premières années là et après j’ai pris de la transcription en Grèce où j’ai terminé mes études et ma spécialisation en anesthesie
    Quelles sonts les possibilités de trouver un poste similaire en Suisse , qu’est ce qui il faut faire
    et environnement combien est elle la salaire a une poste pareille sauf des taxes
    Merci en avant pour votre temps

  8. kadiallah ahmed a écrit

    JE SUIS MEDECIN GENERALISTE ALGERIEN DEPUIS PLUS DE 22ANS (actuellement medecin inspecteur de sante publique) est ce qui apossibilité de recrutement?

  9. hajer a écrit

    bonjour monsieur je suis medecin interne aux hopitaux de tunis titulaire docteur en medecine generale en 2009 de l`universite d`etat de medecine generale ukraine .je viens de finir mon internat et je voudrais partir en suisse pour une specialite medicale svp a qui je dois adresser si c`est possible merci bcp

  10. TIEMENI CARLOS a écrit

    bonsoir
    je suis titulaire de nationalité Camerounaise et j’ai un Diplome de Technicien de Laboratoire en analyses médicales obtenu aux Centre Pasteur du Cameroun et un Bachelor of Medical Laboratory Analyses.je réside au Cameroun et j’aimerais avoir un emploi en suisse. comment pourrais je m’y prendre?
    Merci de m’aidé.

  11. Jean a écrit

    Bonjour,

    Je suis anesthesiste réanimateur français et je recherche un cabinet de recrutement afin de pouvoir travailler dans une clinique en Suisse. Avez vous des contacts que je pourrai contacter?
    Cordialement

  12. ben chaabane a écrit

    professeur agrège en chirurgie orthopédique et traumatologie a la faculte de médecine de tunis , 17 ans d’expérience ,je cherche un poste dans une clinique privée ou dans le secteur public

  13. BENINE ZAKARIA a écrit

    je suis résident en chirugie orthopédie à Alger, Algérie et je voulais continuer ma formation médicale specialisée en suise