10 conseils pour la rédaction de votre CV suisse

 

10 conseils pour la rédaction de votre CV en Suisse

Vous avez quelques difficultés pour la rédaction votre CV suisse ? Retrouvez les conseils de David Talerman, spécialiste de l’emploi en Suisse et auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet. Mais le meilleur conseil que nous pourrions vous donner pour optimiser vos chances, c’est de souscrire l’un de nos services :

  • Notre service exclusif « Quick Start CV » vous permettra d’accéder à des ressources qui vous permettront de rédiger vous-même votre CV (modèles de CV format Word, tutoriels vidéos pas à pas avec des exemples concrets et un système expert qui permet d’évaluer les points positifs et négatifs de votre CV)
  • Notre service de rédaction de CV où nos experts rédigent pour vous votre CV

1. N’oubliez pas vos compétences dans votre CV

Pourquoi un recruteur voudra-t-il vous embaucher ? Non pas parce que vous avez une bonne tête (quoi que pour certains métiers cela joue), mais parce qu’il imagine que ce que vous avez appris et fait dans vos entreprises précédentes, vous allez l’appliquer dans son entreprise. Or, ce que vous avez appris, ce que vous savez faire, ce sont précisément les compétences. Donc, plutôt que de laisser le soin au recruteur de déduire ces compétences de votre CV, faites en sorte de les exprimer clairement. Au moins, vous serez sûr qu’il ne passera pas à côté, ou qu’il ne se trompera pas dans l’interprétation qu’il en fera.

2. Dans le CV, ne confondez pas « compétences » et « tâches »

Beaucoup de candidats n’arrivent pas à faire la différence entre une tâche et une compétence. Voici la différence sur un exemple simple : un vendeur aura pour tâche de vendre une ou plusieurs lignes de produits. Parmi les compétences qu’il a développé, on trouvera par exemple : techniques de négociation, aptitudes d’écoute et de reformulation des besoins du client, capacité à traiter avec des grands comptes… Dans un cas (la tâche) vous décrivez ce que vous avez fait, dans l’autre (les compétences), vous décrivez ce que vous avez appris. Et ce n’est pas la même chose.

3. Expliquez, expliquez, expliquez

Les candidats l’oublient encore trop souvent : la Suisse, c’est l’étranger. Si vous avez eu un job dans une PME franco-française, il serait étonnant que le recruteur la connaisse. Or, il est important dans le CV d’indiquer le contexte de chacune de nos expériences : taille de l’entreprise (nombre d’employés ou chiffre d’affaires), ville où a été effectuée le job, et secteur d’activité. Vous pouvez vous le permettre, car le nombre de pages d’un CV suisse peut dépasser une page.

A découvrir : Retrouvez d’autres conseils indispensables à la rédaction de votre CV avec notre e-book gratuit « CV en Suisse : les 5 erreurs à éviter ». Téléchargez le !

4. Présentez rapidement qui vous êtes (et éventuellement ce que vous cherchez)

Pourquoi est-ce indispensable que le recruteur comprenne rapidement quel type de professionnel lui écrit ? Le capital temps accordé à votre CV se comptera en général en secondes. Si le recruteur ne comprend pas très rapidement quel type de professionnel vous êtes et ce que vous cherchez, il emploiera une partie de ce capital temps à faire cette recherche dans votre CV… Et ce temps, il aurait pu le consacrer à consulter vos compétences : c’est une perte de temps qui peut vous coûter cher.

5. Soignez la forme de votre CV

Le recruteur ne vous connait en général pas. Si votre CV est mal présenté, inconsciemment le recruteur pensera : lui aussi n’est pas un candidat de qualité. Trivial mais réel.

6. Personnalisez votre CV

Nous ne le répéterons jamais assez : idéalement, un CV doit être personnalisé. Cela signifie que les informations que vous transmettrez au recruteur dans votre CV doivent être en relation avec le poste visé. Pour être un peu plus clair, il y a plusieurs manières de présenter un poste, et vous devrez faire des choix (c’est-à-dire ne pas mentionner certaines tâches effectuées par exemple). Ces choix se feront en principe sur les rubriques « Expérience professionnelle » et « Compétences ».

7. Insérez une photo de (très) bonne qualité

Si vous décidez de joindre une photo à votre CV, assurez-vous qu’elle soit de bonne qualité. Investissez quelques dizaines d’euros ou de francs suisses chez un photographe professionnel qui est spécialisé dans les portraits.

8. Expliquez vos diplômes

Même si les diplômes sont moins importants en Suisse que dans d’autres pays (comme la France par exemple), il nous paraît tout de même important d’expliquer vos diplômes, surtout s’ils sont peu « parlants ». Une ou deux lignes d’explications dans le CV iront très bien.

9. Rassurez votre interlocuteur

En Suisse on est pragmatique : votre diplôme, c’est une chose, mais ce que vous savez faire est probablement plus important aux yeux d’un recruteur. Et je vous conseille d’être particulièrement pragmatique quant à l’expression de vos résultats et réalisations. Ce pragmatisme permettra notamment d’éviter que le doute s’installe chez le recruteur sur vos compétences ou sur le fait que vous êtes bien le professionnel décrit dans le CV. En particulier, n’hésitez pas à exprimer clairement vos réalisations (par exemple, pour un vendeur « Augmentation des ventes de la ligne de produit de 5% par rapport à l’année précédente« ), mais n’en mettez tout de même pas une à chaque ligne du CV…

10. Aérez votre CV

N’hésitez pas à prendre vos aises : le nombre de pages d’un CV en Suisse n’est pas limité à 1, et peut aller jusqu’à 4 pages, notamment si vous avez une expérience conséquente et des choses à dire. Évitez d’écrire un CV ramassé, soit en faisant le choix des informations à intégrer dan votre CV, soit en jouant sur la forme, soit les deux. En prenant de l’espace, vous pourrez mieux valoriser graphiquement ce que vous avez à dire.

Crédit photo : © vege – Fotolia.com