Accueil > Entretien d’embauche en Suisse : 5 conseils à suivre

Entretien d’embauche en Suisse : 5 conseils à suivre

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Publicité

    Vous trouverez ici quelques conseils utiles pour réussir vos entretiens d’embauche en Suisse.

    #1 – Préparez vos questions pour l’entretien d’embauche

    Un entretien se prépare. En particulier, vous devrez avoir à cœur d’apporter une réponse pour toutes les questions qu’on pourra vous poser. Même les plus simples ou anodines.
    Voici quelques questions que vous pourriez vous poser :

    • Quels sont vos principaux points forts et points faibles ?
    • Quelle valeur ajoutée pensez-vous apporter à notre entreprise ?
    • Que connaissez-vous de notre entreprise, du secteur (voire du canton ou du pays pour les étrangers) ?
    • Comment vous décririez-vous en tant que professionnel ?
    • Parlez moi de vos échecs
    • Qu’avez-vous pensé de votre ancien employeur ?
    • Comment vos collègues vous décrivent-ils en général ? Que pensent-ils de vous ?

    #2 – Préparez-vous aux questions difficiles en entretien de recrutement

    Ne vous leurrez pas : si quelque chose cloche dans votre parcours, si une incohérence apparaît, le recruteur mettra le doigt dessus. Alors autant se préparer à ces questions « difficiles ».
    Ainsi, en ayant pensé préalablement à toutes les questions, vous réduirez ainsi le risque d’être déstabilisé par une question pour laquelle vous n’auriez pas de réponse.
    Exemple : supposons que pendant votre parcours, vous avez été licencié d’une entreprise après 1 an. Cette expérience apparaîtra forcément sur votre CV, et le recruteur ne manquera en général pas de vous demander ce qui s’est passé. Quelle que soit la raison, vous devrez apporter une réponse honnête et satisfaisante au recruteur. Il n’y a pas de mauvaise question, uniquement des mauvaises réponses…

    #3 – Connaissez votre dossier sur le bout des doigts

    Cette remarque peut vous paraître étrange, mais êtes-vous certain de bien connaître tous les détails de votre dossier ? Seriez-vous capable de donner au recruteur les dates où vous avez étudié à l’Université ? Vos dates de travail dans la dernière entreprise pour laquelle vous avez travaillé ?  Toutes les informations qui figurent dans votre dossier de candidature, et en particulier dans votre CV, vous devez bien les connaître.

    Même chose pour toutes les informations que vous avez rassemblées sur l’entreprise : nom et fonction des personnes qui vont vous recevoir, nom des dirigeants, principaux concurrents de l’entreprise, chiffres clés du secteur et de l’entreprise : vous devrez avoir toutes ces informations en tête pour l’entretien.

    #4 – Rééquilibrez l’entretien

    En général, la position du demandeur d’emploi est bien moins confortable que celle du recruteur. En général, ces derniers attendent de vous que vous répondiez à leurs questions, de sorte qu’ils se fassent une meilleure idée de votre candidature. Cependant, n’oubliez pas que vous aussi vous recherchez des informations : n’hésitez donc pas à rééquilibrer la discussion dans ce sens.

    #5 – Faites vous accompagner pour vos futurs entretiens !

    Faites-vous accompagner par un professionnel du recrutement en Suisse et mettez toutes les chances de votre côté. Plus d’information sur notre service de coaching en entretien en Suisse

    Bonus ; à ne surtout pas faire en entretien de recrutement

    Trouver un emploi est souvent un exercice difficile, et la route qui mène au succès est remplie de pièges. De fait, il est d’autant plus important que les candidats ne compromettent pas eux-même, par une mauvaise attitude, la réussite de leur démarche.

    Une étude du cabinet Harris Interractive, menée aux Etats-Unis, a fait ressortir des résultats plutôt surprenants. Ainsi, plus de 3000 responsables des ressources humaines ont été interrogés pour établir un palmarès des 10 entretiens les plus étonnants. En voici une petite sélection :

    • une femme a sorti une brosse à cheveux pendant l’entretien
    • un homme a avoué avoir été licencié car il avait frappé son supérieur
    • une candidate, après avoir reçu un appel pendant l’entretien, a demandé au recruteur de sortir car c’était un appel personnel…

    Tout ceci fait sourire et vous semble caricatural  ? Et vous vous dites « Mais c’est impossible, cela ne pourrait pas m’arriver« . Certes. Mais en discutant avec des professionnels RH en Suisse, il semblerait que ce type d’attitude arrive plus souvent qu’on n’imagine. Ainsi, très récemment, un recruteur m’avouait qu’une candidate qu’il avait présenté à un client entreprise n’avait pas été retenue, malgré un excellent dossier, à cause d’une… bouteille d’eau ! La candidate était venue au rendez-vous, munie de sa bouteille d’eau, et s’était désaltérée au cours de l’entretien, probablement d’une manière inadéquate. Ce qui avait choqué le recruteur.

    Alors quel enseignement faut-il tirer de tout ceci ? Tout simplement que ce qui vous paraît naturel, normal, habituel, ne l’est peut-être pas pour votre interlocuteur. Souvent, cela relève du bon sens et des bonnes règles de politesse et de conduite.

    Enfin, selon l’étude mentionnée ci-dessus, les recruteurs américains ont mis en avant les erreurs et comportements qui, selon eux, étaient de nature à compromettre le recrutement :

    • Plus de 50% ont mis en avant la tenue des candidats,
    • Près de la moitié ont évoqué des propos négatifs à propos de l’ancien employeur.

    Voilà de quoi méditer un peu avant vos entretiens de recrutement.

    Scala Wells

    Sponsors

    Retour haut de page