Accueil > Marché de l’emploi suisse : outils, conseils et liens utiles > Smic suisse et salaire minimum en Suisse

Smic suisse et salaire minimum en Suisse

Le salaire en Suisse fait l'objet de beaucoup de discussions. Mais qu'en est-il du salaire minimum en Suisse, ce que certains pourraient appeler le smic suisse ? A quel salaire correspond le smic suisse net ? En quoi le salaire minimum en Suisse est-il si spécifique ? Quels sont les métiers, les secteurs d'activité ou les cantons où le salaire minimum est appliqué ? Je vous propose de découvrir ensemble ce sujet très sensible et particulièrement important pour toute personne qui recherche un emploi en Suisse.

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Il n'y a pas un smic suisse mais plusieurs smic en Suisse

    Dans certains pays, le salaire minimum est généralisé au niveau national, ce qui signifie que quel que soit votre métier, votre secteur d'activité ou l'endroit où vous travaillez, le smic  s'applique à tous les employés potentiellement concernés.

    En Suisse, c'est très différent : le salaire minimum ne s'applique pas au niveau national mais au niveau cantonal (certains cantons proposent un salaire minimum, d'autres pas) et au niveau des conventions collectives de travail de certaines entreprises, indépendamment du canton de travail.

    Ces conventions collectives de travail (CCT), lorqu'elles existent, sont en général mises en place dans les entreprises d'une certaine taille, souvent à l'initiative des syndicats. Seuls 1/3 environ des salariés suisses bénéficient d'une convention collective de travail.

    Le syndicat UNIA a sorti un calculateur spécifique de salaire minimum qui permet de retrouver les conditions de salaire proposées dans les différentes conventions collectives de travail.

    Les cantons où le salaire minimum est appliqué

    En Suisse, le peuple possède une influence certaine sur les lois grâce à un système démocratique qui permet de proposer une loi, de la modifier, voire de la stopper. Le peuple a donc voté la mise en place d'un salaire minimum dans les 5 cantons suivants : Genève, Neuchâtel, Jura, Tessin et Bâle-Ville.

    En dehors de ces cantons, il n'y a pas de salaire minimum en dehors de ce que proposent les conventions collectives de travail.

    Quel est le montant du smic suisse ?

    Dans les cantons où il est appliqué, le salaire minimum suisse n'est pas forcément le même. Il est notamment plus élevé à Genève que dans les autres cantons. Le tableau ci-dessous donne une synthèse des différents montants du smic suisse :

    Genève CHF 23.- de l'heure (CHF 4'182 sur la base de 42 h de travail par semaine, soit environ 3 870 EUR) 01/11/2020
    Neuchâtel CHF 20.- de l'heure (environ CHF 3'640.- pour 42h de travail hebdomadaire, salaire versé sur 12 mois, soit environ 3 370 EUR) 04/08/2017
    Jura CHF 20.- de l'heure (CHF 3'640.- pour 42h de travail hebdomadaire, salaire versé sur 12 mois, soit environ 3 370 EUR) novembre 2017
    Tessin CHF 19.- de l'heure (environ CHF 3'200.- mensuels bruts pour 42h de travail par semaine, soit environ 2 960 EUR) 01/01/2021
    Jura CHF 21.- de l'heure. Ne sont pas concernés les salariés déjà concernés par un salaire minimum fixé par une CCT (convention collective de travail) ou si un contrat le prévoit. Les stages inférieurs à 6 mois ne sont pas concernés. -

    Dans tous les cas, le salaire minimum est réévalué chaque année en fonction de l'indice IPC (indice des prix à la consommation). L'IPC est un indice qui mesure l'évolution des prix de certains services et marchandises alimentaires et non alimentaires achetés par les ménages suisses. Dans certains cantons, le salaire minimum n'est réévalué que si l'indice augmente, dans d'autres pas. Ainsi, dans ces cantons, le montant du salaire minimum peut donc potentiellement baisser d'une année à l'autre.

    Attention également à la question du 13ème salaire : lorsqu'il est proposé par l'employeur (ce qui n'est pas le cas de tous les employeurs), le 13ème salaire doit être inclus dans le calcul du salaire minimum.

    Vous trouverez enfin plus de détails sur le calcul et l'environnement légal du salaire minimum dans ces 4 cantons sur les pages suivantes (ces documents sont utiles à la fois pour les employés et les employeurs) :

    Pourquoi n'y a-t-il pas de salaire minimum au niveau fédéral ?

    Il n'y a pas de salaire minimum en Suisse au niveau du pays pour plusieurs raisons. La première, c'est que la Suisse est un état fédéral, et chaque canton reste souverain.

    Rejet de l'initiative populaire fédérale  "Pour la protection des salaires équitables"

    En 2014 le syndicat UNIA avait lancé l'initiative populaire "Pour la protection des salaires équitables" avec la mise en place d'un salaire minimum au niveau fédéral de 4'000 francs suisses avait été largement refusée par la population (plus de 76% avait dit "Non").Fait étonnant : les cantons favorables au salaire minimum (notamment Neuchâtel et Jura) ont majoritairement refusé qu'il soit mis en place au niveau fédéral). Les Suisses ne veulent définitivement pas d'un SMIC suisse au niveau national.

    La mise en place d'un salaire minimum est donc est restée à l'initiative des cantons (ce qu'ont d'ailleurs fait 4 cantons, Neuchâtel, Genève, Tessin et Jura).

    La culture suisse reste très frileuse face à ce qui peut impacter négativement l'ensemble de la population

    Par ailleurs, de manière générale, un avantage qui pourrait profiter à une large partie de la population reste toujours difficile à faire passer dans les votations en Suisse pour des raisons culturelles.

    On consulte en effet régulièrement - et depuis plusieurs années - les Suisses sur des sujets tels que la baisse d'impôts ou l'augmentation du nombre de jours de vacances, et régulièrement le résultat du vote est "Non".

    Vu de l'extérieur, cela peut paraître étrange, mais c'est un des principes fondamentaux du fédéralisme : en tant que personne, on ne s'envisage pas seulement de manière individuelle mais dans la communauté (au sens large ici le pays), dans la société.

    Accepter qu'un salaire minimum passe, c'est, dans la culture suisse, imaginer que cela aura des répercutions négatives au niveau national sur le plan économique, ce qui finira donc par retomber sur les individus.  D'où le refus. On remarque toutefois en général une vraie différence dans le vote entre les cantons romands (en général plus favorables à ce type de mesures) et les cantons alémaniques (en général contre).

    Pourquoi mettre en place un salaire minimum en Suisse ?

    Ce sont les syndicats de travailleurs qui souhaitent mettre en place un salaire minimum, qu'il soit au niveau national ou des cantons. La raison est souvent d'ordre économique, et est liée à plusieurs facteurs :

    • l'appauvrissement d'une partie de la population. Si la Suisse propose un des niveaux de vie les plus élevés au monde, avec notamment une richesse par habitant très élevée, le pays demeure pour autant l'un où le coût de la vie est le plus élevé, avec une part croissante de pauvreté et de working poor. Pour une personne seule, le seuil de pauvreté en Suisse est fixé à un peu moins de 2'300 francs suisses bruts par mois, et un peu moins de 4'000 francs suisses pour un couple avec 2 enfants.
    • la lutte contre le dumping salarial. Le dumping salarial, c'est quand un employeur recrute par exemple un travailleur étranger ou frontalier pour un salaire très inférieur de celui d'un travailleur local. Si les cas demeurent rares, il existent, et la mise en place d'un salaire minimum permet de limiter la portée de ce dumping.
    • une meilleure protection des travailleurs précaires ou qui travaillent à temps partiel. Le travail à temps partiel, fortement répandu chez les femmes (en 2017, près de 60% des femmes travaillaient à temps partiel en Suisse) et chez les travailleurs frontaliers, fait en général l'objet d'une sous-enchère salariale, et ce d'autant que le métier est peu recherché ou à faible valeur ajoutée.

    Une entreprise en Suisse peut-elle proposer un salaire très bas ?

    S'il reste toujours difficile de déterminer ce qu'est un salaire bas, les entreprises peuvent, en l'absence de salaire minimum, fixer le salaire qu'elles souhaitent.

    A titre d'anecdote, certaines entreprises proposent à leurs collaborateurs un faible salaire fixe, voire aucun, et en contrepartie une partie variable qui dépend à 100% de leurs performance de vente.

    Cette forme de salariat induit d'une part des dérives (dans la vente, avec un exemple parlant, celui de la commercialisation des assurances maladie en Suisse), et d'autre part précarise fortement les salariés concernés.

    A noter que la conclusion d'un contrat de travail demeure une entente entre 2 parties, et que l'entreprise ne peut en aucun cas forcer une personne à en accepter les termes. Dans tous les cas, nous déconseillons vivement de signer de tels contrats de travail.

    Comment savoir si un salaire est très bas ?

    Il est indispensable de consulter les différents calculateurs de salaire mis à disposition gratuitement par les cantons et la confédération, ainsi que les différentes études sectorielles qui existent.

    L'objectif qu'il faut se fixer avant de signer un contrat de travail, c'est de déterminer avec précision ce que l'on vaut sur le marché, particulièrement quand on est étranger ou qu'on n'a jamais travaillé en Suisse.

    Pour accéder à tous ces outils et ressources - qui vous prendront il est vrai un peu de temps - nous vous conseillons d'aller sur notre page "salaires en Suisse" et de consulter les ressources disponibles.

    Conclusion : le SMIC suisse n'existe pas vraiment

    Le SMIC suisse, au sens où on l'entend dans certains pays, c'est-à-dire un salaire minimum garanti pour tout le monde et dans tous les secteurs, n'existe pas sous cette forme en Suisse.

    Mais il est appliqué dans certains cantons, et les Conventions Collectives de Travail de certains secteurs et certaines entreprises en ont fixé, en général de manière assez précise et par métier.

     

     

    Retour haut de page