Accueil > Actualité en Suisse > Les loyers à Genève en mai 2011 : quelques chiffres pour bien s’informer

Les loyers à Genève en mai 2011 : quelques chiffres pour bien s’informer

Se loger en Suisse peut être particulièrement difficile, en raison d’une pénurie importante de logement dans certains cantons, avec en conséquence, des loyers qui atteignent des sommets. C'est le cas des loyers à Genève, qui sont, pour beaucoup, hors de leur portée, les revenus et salaires suisses parfois élevés des ménages ne suffisant pas. Cette difficulté est en général renforcée pour les travailleurs étrangers qui souhaitent s’installer dans le canton. D’ailleurs, Genève est un canton où il est si difficile de se loger que, beaucoup de personnes, y compris des Suisses, font le pas d’aller vivre en France, et deviennent frontalier.

L’Office cantonal de la Statistique (OCSAT), qui sort chaque année une étude sur le prix des loyers, surveille les tendances, augmentations et causes de l’envolée des loyers dans le canton.

Nous vous présentons ici les principaux résultats de l’étude sur les loyers à Genève et leur évolution entre mai 2010 et mai 2011.

Augmentation de 1,5% en 1 an du prix des loyers à Genève

L’étude distingue les logements à loyer libre (qui composent 80% du parc locatif du canton), et ceux à loyer subventionnés (dont notamment, l’évolution est encadrée). Sans surprise, ce sont les logements à loyer libre qui accusent la plus forte hausse. Dans cette catégorie, ce sont les logements anciens dont le loyer a le plus augmenté en moyenne (+2,5% en 1 an, contre 1,7% d'augmentation des loyers à Genève l'an passé).

Au total et tous logements confondus, l’augmentation est de 1,5%, contre 1,9% lors de l’étude précédente qui portait sur les loyers de 2009 à 2010. Cette augmentation modérée par rapport aux autres années s’explique notamment par le recul d’un quart de point du taux d’intérêt de référence qui a, théoriquement, une influence sur l’évolution des loyers.

Ce sont dans les logements où les locataires changent que les augmentations de loyer sont les plus fortes

7% des logements ont changé de locataire l’année passée. Pour ces seuls logements, l’augmentation de loyer a été en moyenne de 17%. Pour comparaison, pour les logements qui ont conservé leur locataire, l’augmentation de loyer a été de 0,4%.

Comme ce sont les appartements de petite surface pour lesquels les propriétaires changent le plus, on constate que les augmentations de loyers sont plus importantes dans les studios (+2,4%) et les 2 pièces (+2,5%).

Au-delà de l’étude, il nous semble intéressant de mentionner également le phénomène qui consiste, pour les régies immobilières, à déloger des personnes pour y reloger des expatriés, en leur proposant des loyers plus élevés. Ce phénomène, interdit par la loi, reste heureusement limité et concerne des logements d’un certain niveau.

Loyer moyen d’un logement à Genève selon le nombre de pièces

Vous dire que plus la surface augmente plus le loyer augmente ne vous aidera pas beaucoup, même si c’est vrai. Dans les logements à loyer libre, le loyer moyen d’un appartement ou d’une maison sont les suivants :

source : OCSTAT - statistiques des loyer - mai 2011

L’étude propose également, pour certaines communes du canton de Genève, des informations intéressantes concernant le niveau de loyer :

Ville de Genève 722 809 1 054 1 376 1 802 2 409 3 730 1 261
Carouge 776 747 962 1 296 1 735 1 939 1 680 1 167
Chêne-Bougeries 433 862 932 1 281 1 603 1 808 2 499 1 295
Grand-Saconnex ( ) 839 1 114 1 375 1 669 2 013 1 963 1 412
Lancy 578 720 960 1 224 1 495 1 867 2 420 1 233
Meyrin 690 724 1 057 1 228 1 460 1 699 2 388 1 236
Onex 470 617 888 1 136 1 443 1 705 ( ) 1 082
Thônex 520 710 971 1 197 1 529 1 742 ( ) 1 081
Vernier 614 701 914 1 142 1 429 1 724 1 684 1 122
Versoix ( ) 794 1 072 1 355 1 617 2 035 1 656 1 380
Autres communes (4) 617 777 1 057 1 282 1 543 1 978 2 432 1 306

source : OCSTAT

Note : concernant ces statistiques des montants des loyers, ce sont des valeurs moyennes qui selon nous ne reflètent pas forcément la réalité du marché locatif genevois. Les tendances sont en revanche justes.

Les loyers, en francs suisses/m², sont plus élevés pour les appartements de petite surface

Pour comparer les loyers, les prix au m² est un bon indicateur. On remarque ainsi que sur ce critère, ce sont les appartements de moins de 40 m² qui sont les plus chers (24 franc suisse au m² en moyenne), ainsi que les logements de plus de 159 m², avec un peu plus de 21 francs suisses au m². Ce sont les logements dont la surface est comprise entre 80 et 100 m² qui sont les moins chers au m² (environ 17 francs suisses le m² en moyenne).

Pour expliquer le fait que les logements les plus chers au m² soient les plus petits et les plus grands, l’étude explique que ce sont dans ces 2 catégories qu’on retrouve le plus d’appartements hétérogènes (on y trouve des logements de très bonne et de très mauvaise qualité). Par ailleurs, dans les petits appartements, et notamment les studios à Genève, l’équipement est en moyenne relativement bon (notamment au niveau de la cuisine). Ces installations ont un poids financier plus important pour les studios que pour les appartements plus spacieux qui proposent des loyers plus élevés.

Concernant les appartements de grande taille, il est relativement courant de trouver dans cette catégorie d’appartement des logements d’exception qui proposent une situation, une vie ou un équipement qui justifient des loyers extrêmement élevés.

Retrouvez dans notre rubrique Logement en Suisse plus d'informations, de conseils et liens utiles pour se loger en Suisse.

Source : OCSTAT, statistiques des loyers, résultats 2011

4 réflexions sur “Les loyers à Genève en mai 2011 : quelques chiffres pour bien s’informer”

    1. @Christian : c’est ce que j’ai indiqué en commentaire. Les chiffres sur les loyers sont dramatiquement bas. En revanche, les tendances indiquées, et les causes d’augmentation des loyers, me semblent très pertinentes. J’ai demandé à l’OCSTAT quelques explications sur ces chiffres, que je communiquerai dès que j’aurai eu leur réponse.

  1. ils sont quatre fois moindres que ceux connus a même bien et quartiers. Qu il y ait une moyenne avec les loyers de gens n ayant pas bouge depuis vingt ans, ok, et c est bien la le drame genevois, un immobilisme force pour les résidents de longue date, qui contraste avec une spéculation voulue pour les new comers vue la pénurie des biens a l offre. On ne parle pas de l architecture, compare a la France..

  2. Je me réjouis de lire le rapport de l’OCSTAT. Mon loyer est exactement le double de qui est marqué dans le tableau en pleine ville de Genève.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page