Accueil » Actualité en Suisse » Emploi à Genève : les 10 secteurs qui ont le plus recruté de frontaliers en 2015

Emploi à Genève : les 10 secteurs qui ont le plus recruté de frontaliers en 2015

Nos solutions pour travailler en Suisse

Publicité

statistiques-frontaliers-Geneve-2015

En 2015, les sociétés du canton de Genève ont recruté un nombre important de frontaliers : en 2015, la hausse des frontaliers a d’ailleurs été la plus forte de ces 3 dernières années. Au niveau du canton, les travailleurs frontaliers ont augmenté de 6,44%, et leur nombre est passé de 76’430 en 2014 à 81’355 en 2015. Mais dans quels secteurs ces frontaliers ont-ils été recrutés ? Quels sont les secteurs qui ont le plus licencié de frontaliers ? Quels sont les secteurs qui recrutent le plus de frontaliers ? Voici quelques éléments de réponses factuels qui devraient intéresser tous ceux qui sont à la recherche d’un emploi en Suisse, et particulièrement à Genève.

Même si les chiffres ne font pas tout, il est bon parfois de se raccrocher à quelque chose de certain, et ces statistiques des frontaliers 2015 réservent leur lot de surprises.

Les 10 secteurs du canton de Genève qui ont le plus employé de frontaliers entre 2014 et 2015

SecteurCroissance des effectifs de frontaliers
(entre 2014 et 2015)
Nombre de frontaliers en 2015
Sièges sociaux, conseil de gestion+12,71%1'826
Autres activités de services+12,40%2'244
Activités de services administratifs et de soutien+11,98%9'598
Ingénierie et architecture+10,85%2'760
Hébergement+10,77%1'745
Arts, spectacles et activités récréatives+9,60%1'083
Activités spécialisées, scientifiques et techniques+9,33%8'041
Restauration+8,98%3'499
Enseignement+8,86%2'866
Fabrication de produits métalliques+8,37%826

Remarque : nous n’avons pas inclus dans ce tableau les chiffres qui nous semblaient les plus faibles (et donc statistiquement discutables), tels que les activités extra-territoriales (12,89% de progression pour un effectif de 84 personnes, les activités de ménages (13,21% pour un effectif de 311 frontaliers), production et distribution d’eau, et gestion des déchets (35,49% de progression pour un effectif frontalier de 60 personnes) et activité immobilière (8,08% de progression pour un effectif de 556 personnes) – source (fichier XLS à télécharger).

Les 10 secteurs du canton de Genève qui ont le moins recruté de frontaliers entre 2014 et 2015

SecteurEvolution des effectifs de frontaliers
(entre 2014 et 2015)
Nombre de frontaliers en 2015
Industrie chimique, cokéfaction-1,98%717
Fabrication de produits informatiques et électroniques, horlogerie-1,58%3'439
Activités financières et d'assurance+1,78%3'339
Industrie pharmaceutique+1,98%679
Commerce de gros+2,16%5'255
Industries manufacturières+2,27%10'871
Information et communication+3,18%2'086
Hébergement médico-social et social+4,32%2'904
Transports et entreposage+4,86%4'574
Industries du bois et du papier; imprimerie+5,92%771

Mon avis

On remarque que les frontaliers ont été recrutés de manière importante dans 2 catégories de secteurs : ceux nécessitant des qualifications moyennes d’une part, et ceux nécessitant des qualifications importantes d’autre part (les ingénieurs frontaliers par exemple). En clair : rien de bien nouveau dans ces statistiques de frontaliers à Genève, en dehors du fait que leur nombre augmente. Pour être tout à fait juste, il serait intéressant de comparer la progression des effectifs globaux des secteurs et de comparer ces chiffres à la progression des frontaliers, pour savoir si, en proportion les entreprises genevoises recrutent plus de frontaliers que de locaux. Globalement, on peut toute de même dire que les entreprises genevoises restent plus que jamais et incontestablement intéressées par les profils frontaliers, ce qui vient très largement contredire beaucoup de choses très fausses qu’on lit sur les mauvais forums.

Il est probable que l’augmentation du franc suisse en janvier 2015 (et les conséquences sur la dégradation de la compétitivité de certaines entreprises suisses) a eu un effet sur le recrutement de frontaliers à Genève, « main d’oeuvre » jugée moins chère dans certains secteurs d’activité et pour certains métiers. Il serait bon qu’un certain équilibre soit conservé, car il ne faudrait pas tomber dans l’excès inverse (le recrutement accru de frontaliers au détriment des locaux).

Crédit photo : Fotolia © Kurt Kleemann

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Je partage mon temps entre Travailler-en-Suisse.ch et b-Sharpe.com, pour qui je gère le Digital. Suivez-moi sur LinkedIn, Facebook, @Expatwire. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

6 réflexions sur “Emploi à Genève : les 10 secteurs qui ont le plus recruté de frontaliers en 2015”

  1. Bonjour,

    Je me pose plusieurs questions concernant les permis Suisse.
    Il y a 8 ans je travaillais comme frontalier avec permis G. Aujourd’hui je pense revenir vers la Suisse pour effectuer un stage de 6mois pour valider ma reconnaissance de diplôme qui pourrais découler vers une embauche j’espère mais sans garanti.
    Puis je reprendre mon permis frontalier et effectuer mon stage?
    Dois je rester en Suisse avec un permis L ou autre pour la durée du stage? Est ce que dans ce cas je pourrais choisir de reprendre un permis G si l’embauche devient concrète?

    Merci

    Franck

    1. Bonjour,
      Je pense qu’il est objectivement moins simple de trouver un emploi quand on est senior que quand on ne l’est pas, à compétences égales. Toutefois, il n’y a pas de limite d’âge pour être recruté en Suisse, sauf peut-être celui de la retraite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eurex Suisse
Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page