Accueil » Assurances » 6 questions à se poser sur son assurance maladie quand on est frontalier (podcast)

6 questions à se poser sur son assurance maladie quand on est frontalier (podcast)

Nos solutions pour travailler en Suisse

Publicité

Découvrez l'un de nos tous premiers épisodes du Podcast "Travailler et vivre en Suisse". On y parle de l'assurance maladie des frontaliers et de la possibilité d'en changer à partir du 1er décembre 2020. Abonnez-vous à notre podcast pour plus d'information sur l'emploi et la vie en Suisse !

Découvrez ci-dessous la transcription de l'épisode :

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents

    Bonjour à tous, je suis David Talerman, spécialiste de l'emploi et de l'expatriation en Suisse.

    Alors on va aujourd'hui se poser des questions sur son assurance maladie quand on est frontalier. Dès le 1er décembre 2020, il sera possible de changer beaucoup plus facilement d'assurance maladie et du coup et bien ces questions, elles sont légitimes, c'est vraiment le moment de s'interroger sur la manière dont on est assuré et pour cela et bien j'ai le plaisir d'accueillir Raphaël Colonna qui travaille pour le courtier en assurances Vigny Depierre. Raphaël gère les équipes en charge de la clientèle de particuliers et il est confronté quotidiennement à ces questions.

    L'assurance maladie pour lui n'a pas de secret.

    Raphaël va nous aider à y voir plus clair sur les questions qu'on doit se poser pour savoir si on est bien assuré. Raphaël première question à se poser :

    Pour quels types de soins est-on couvert ?

    C'est bien la première question qu'il faut se poser ?

    C'est effectivement la première question qu'il faut se poser. Là, on va partir du principe que je suis donc frontalier en activité, j'ai exercé mon droit d'option et je suis soit rattaché à la CMU frontalier soit rattaché à la LAMal.

    Si je suis rattaché à la CMU, je bénéficie de ce qu'on appelle un socle qui permet de m'accompagner au travers donc de différents dépenses liées à ma santé, on retrouve donc l'hospitalisation naturellement.

    On verra un peu plus en détail ce qu'on met derrière ce terme "l'ambulatoire", c'est à dire médecins ou spécialistes de ville et puis également quelques renforts au niveau au niveau dentaire ou optique.

    Voilà pour ce qui est de la CMU. Pour ce qui est de la LAMal, on retrouve également un socle pas très éloigné finalement de la CMU puisqu'on retrouve à la fois donc les séjours hospitaliers qu'on appelle le stationnaire en Suisse, et également tout ce qui est lié au traitement ambulatoire donc l'accès à un généraliste ou un spécialiste.

    Et puis on retrouve un accompagnement pour l'orthodontie, mais uniquement pour les moins de 18 ans donc pour résumer :

    • Rien d'autre au niveau dentaire pour les plus de 18 ans
    • et rien au niveau de l'optique quand on est rattaché au système Suisse, c'est ce qui fait un petit peu une différence entre le système français et le système helvète.

    Merci Raphaël je rajoute peut-être un élément. J'espère que je n'apporterai pas de confusion supplémentaire.

    Mais quand on est affilié à la LAMal on a la possibilité aussi d'être rattaché au régime général de la Sécurité sociale sauf erreur et ça veut dire là aussi qu'on n'a aucune couverture sur les éléments que tu as cités, ou pratiquement aucune couverture, c'est juste ?

    Oui, oui c'est tout à fait juste. On notera une toute petite différence entre le système français et le système suisse si vous êtes à LAMal et que vous vous faites soigner sur Suisse, il y a une franchise de 300 francs annuelle qui s'applique, elle couvre le calendrier du 1er janvier au 31 décembre tant que les 300 premiers francs suisses ne sont pas dépensés, la base LAMal n'intervient pas et ne vous remboursera pas.

    Merci Raphaël pour cette très mauvaise nouvelle.

    Deuxième question:

    Est-il nécessaire d'avoir une prise en charge des soins en Suisse et en France ?

    C'est une question qu'on entend souvent, on pourrait imaginer que c'est assez compliqué d'apporter une réponse et pourtant j'ai presque envie de dire qu'elles sont vos habitudes de soins ? Si vous avez des habitudes de soins sur France.

    Vous avez votre parcours de soins.

    Vous avez l'habitude de voir votre médecin ou certains spécialistes pour vous ou vos enfants d'ailleurs, j'ai presque envie de dire continuez de vous faire soigner en France ! Par contre nous sommes parfois en face de certains clients en tout cas certains frontaliers qui nous disent "moi j'ai déjà des habitudes de soins en Suisse parce que j'habite dans le département de l'Ain et que j'avais beaucoup de difficultés d'accéder à des rendez-vous médicaux et que finalement je me suis rapproché d'un médecin de ville qui est à deux pas de mon lieu de travail" et vous vous avez commencé à rentrer dans une habitude de soins sur Suisse.

    Voilà, j'ai presque envie de dire si vous avez des habitudes de soins sur Susise il va falloir faire le bon choix pour que vous puissiez être pris en charge et que vous n'ayez reste à charge trop important.

    Merci Raphaël, je me permets de vous apporter aussi une peut-être une précision.

    La partie accident est gérée par une autre assurance.

    Donc ce n'est pas un sujet et par ailleurs si en cas d'urgence en fait, même si on n'est assuré qu'en France, il y a sauf erreur en fait un certain nombre d'accords qui permettent d'être pris en charge en Suisse et inversement. Après je ne connais pas les détails, mais je crois que c'est dans les grandes lignes ce qu'il faut retenir effectivement.

    En cas d'urgence vitale on ne se pose pas trop de questions on va vous déposer entre guillemets à l'hôpital le plus proche si vous êtes sur votre lieu de travail il y a de fortes chances que l'on vienne vous déposer à l'hôpital cantonal le plus proche de votre lieu de travail. Là il y a pas de question à se poser que vous soyez là c'est où à la LAMal le caractère vital l'emporte sur le reste est la prise en charge et assurer des deux côtés.

    Ca fait partie des accords bilatéraux et  c'est vraiment des fondamentaux dans les accords bilatéraux donc pas de souci de ce côté-là.

    C'est très juste. Troisième question :

    Comment mes soins d'optique sont-ils pris en charge ?

    c'est une question à se poser alors si vous êtes à la CMU vous avez au niveau du cadre de la base des remboursements quelques renfort qui s'appliquent au niveau de la monture ou des verres. Si vous êtes à la LAMal, il n'y a rien.

    Il faut savoir que l'optique est facultative en loi fédérale suisse.

    Donc ça sous-entend que votre base LAMal n'interviendra pas là, c'est une complémentaire qui va devoir venir en renfort.

    Donc CMU, il y a un petit peu de prise en charge, monture, verre, à la LAMal, il n'y a rien.

    Merci !

    4e question :

    Comment mes soins dentaires sont-ils pris en charge ?

    Là aussi un autre point important parce que sont des frais en général qui peuvent être élevés dès qu'on dépasse le simple contrôle. Et bien c'est un petit peu pareil que l'optique finalement il y a juste une petite subtilité au niveau de la LAMal que je vais vous expliquer : au niveau de la CMU, au niveau dentaire, vous avez donc des actes d'orthodontie qui sont pris en charge jusqu'à 16 ans pour les travailleurs frontaliers qui sont généralement un petit peu plus âgés, ils ne sont pas vraiment concernés, mais ils ont accès à des soins dentaires.

    Un accompagnement pour tout ce qui est prothèse ou installation d'Inlay donc là il y a bel et bien je dirais un accompagnement, un petit renfort qui est pris en charge par la CMU.

    Au niveau de la LAMal il n'y a rien, c'est comme l'optique sauf dans le cadre d'un accident, c'est-à-dire que vous avez un dommage dentaire dû un accident là dans ce cas-là, la base intervient au niveau de la compagnie suisse en santé, mais également au niveau de la compagnie accident.

    Merci Raphaël. Autre volet qui peut être extrêmement coûteux également et sur lequel il faut se poser une question, l'hospitalisation :

    Comment suis-je pris en charge en cas d'hospitalisation ?

    Alors, si vous n'avez pas de complémentaire, l'hospitalisation, c'est un des fondamentaux des accords bilatéraux, le caractère vital, alors vous êtes pris en charge, vous n'avez pas beaucoup d'inquiétudes à avoir par rapport à ça. Toutefois lorsqu'on est sur du soin programmé, c'est-à-dire que votre médecin vous prescrit un séjour à l'hôpital, si vous êtes à la CMU, ce séjour sera pris en charge à hauteur de 80%. Il y a également des forfaits journaliers qui se déclenchent quand vous êtes à la CMU.

    Si vous êtes à la LAMal, le traitement hospitalier sera pris en charge hauteur de 90 % dès lors que l'hôpital est un hôpital cantonal, c'est-à-dire un hôpital qui apparaît dans les listes avec lesquelles les compagnies suisses coopèrent. Si vous souhaitez être dans un hôpital autre qu'un hôpital cantonal en Suisse, là, la LAMal n'intervient pas, il vous faut là aussi une complémentaire.

    Merci Raphaël pour la précision de tes réponses. 6e question :

    Votre assurance actuelle vous rembourse-t-elle la consultation des médecines douces ?

    Alors si vous êtes à la CMU, il n'y a absolument aucune prestation médecine douce prise en charge. Si vous êtes à la LAMal, c'est un tout petit peu plus subtil, puisqu'il y a certaines médecines complémentaires qui sont prises en charge par la LAMal.

    Donc directement depuis le socle sans passer par une complémentaire, il s'agit de l'acupuncture et également des médecines, je dirais thérapeutiques. Au-delà de ces deux cadres, l'acupuncture et la médecine chinoise, rien n'est pris en compte au niveau la base LAMal.

    Maintenant la question en fait et c'est un peu le risque avec les assurances en général, c'est "Est-ce que je suis trop assuré ? Est-ce que je suis pas assez assuré ? Le meilleur moyen c'est quoi ? C'est d'aller voir des gens comme vous pour pour faire le point ? Comment ça se passe, tu me conseilles quoi Raphael ?

    Oui là, on est quand même sur un sujet un petit peu sensible, un peu personnel.

    Les besoins varient d'une personne à une autre tu t'en doutes.

    David donc le meilleur réflexe, c'est d'aller voir un professionnel de l'assurance santé qui va être en mesure de vous dire si à vous vous exposez  à un risque de reste à charge trop important parce que c'est bien là tout le nerf de la guerre. C'est une fois que le socle CMU ou LAMal intervient, qu'est-ce qu'il me reste à payer ?

    Et si vous n'avez pas de complémentaire la réponse est assurée : il vous restera toujours quelque chose à payer. Par contre si vous avez une complémentaire, il existe aujourd'hui des solutions qui permettent de neutraliser quasi complètement, ce reste à charge pour que vous n'ayez tout simplement plus rien à débourser de votre poche si ce n'est la cotisation auprès de votre compagnie tous les mois. Mais quand même !

    C'est le principe effectivement de l'assurance, c'est vrai que ça dépend vraiment du profil,

    Il y a des des personnes  qui seront réfractaires et d'autres qui seront au contraire très attentives à çà, mais quoi qu'il en soit, c'est vraiment le moment de se poser ces questions notamment donc avant le 1er décembre 2020 où comme je disais, il sera plus facile de changer d'assurance maladie.

    Alors je crois qu'il ne faut pas confondre le fait de pouvoir changer de d'assurance d'assurance et le fait de pouvoir changer son droit d'option, on parle bien de changer d'assurance et pas changer de droit d'option.

    Voilà on parle bien de la complémentaire qui vient en renfort et non pas de l'assurance dite "socle", la base, évidemment là vous ne pourrez pas changer.

    Vous savez que ce choix et irrévocable et irréversible.

    On parle bien au 1er décembre 2020 d'une possibilité facilitée pour changer sa complémentaire santé que vous soyez à la CMU ou à la LAMal.

    Alors, je vous invite à vous rapprocher donc de Raphaël de la compagnie Vigny Depierre. Il vous proposera une étude personnalisé, par téléphone, par mail par tchat.

    Voilà tout est possible avec des horaires qui sont aussi aussi étendus. Nous chez Travailler-en-Suisse.ch, nous sommes partenaires de Vigny Depierre depuis au moins 12 ans.

    Voilà Raphaël, je te je te remercie et je vous dis à tous à très bientôt pour un nouvel épisode de ce podcast. Merci au revoir et bonne continuation.

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Eurex Suisse
    Scala Wells

    Sponsors

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Retour haut de page