Accueil » Actualité en Suisse » Des perspectives d’emploi en Suisse contrastées pour le 3eme trimestre 2016

Des perspectives d’emploi en Suisse contrastées pour le 3eme trimestre 2016

Nos solutions pour travailler en Suisse

Publicité

La Suisse connaît actuellement une conjonction de facteurs qui compliquent le développement économique du pays :

  • le franc suisse reste élevé par rapport aux autres devises (euro et dollar américain notamment), et l’échéance possible du Brexit accentue encore sa force et sa volatilité
  • la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III), qui prévoit une harmonisation de la fiscalité des entreprises à environ 13%, inquiète certaines multinationales, et en particulier celles qui ont implanté une holding en Suisse et dont le taux d’imposition est souvent inférieur à 5%
  • la mise en œuvre de l’initiative sur la limitation de l’immigration, qui devrait être annoncée dans les mois qui viennent, créé de l’incertitude pour les entreprises (qui auront encore plus de difficultés à trouver de la main d’œuvre) et limite les investissements
  • une conjoncture économique européenne et mondiale peu dynamique, 50% du PIB de la Suisse étant généré par des exportations

Pour toutes ces raisons, on peut s’attendre à une forme d’attentisme dans le recrutement de la part de certaines sociétés suisses. Cet attentisme semble confirmé par l’étude trimestrielle de Manpower Suisse dont voici quelques résultats intéressants :

Pour la Suisse, la prévision nette d’emploi est au point mort

Confirmant les résultats des derniers trimestres, la dynamique de l’emploi qu’avait la Suisse il y a quelques années a laissé la place à un marché du recrutement atone, avec une croissance des recrutements nulle, en baisse de 1% par rapport au trimestre précédent et de 2% par rapport à l’an passé. Il existe cependant des différences très marquées selon les régions.

Une suisse alémanique très dynamique, une Suisse romande très pessimiste

Les résultats de l’étude montrent les intentions de recrutement des entreprises suisses pour le 3eme trimestre 2016 : en la matiere, les entreprises de Romandie sont les plus pessimistes, avec une prévision nette d’emploi en baisse de 6%, et les entreprises de la région zurichoise ont pour leur part un optimisme élevé puisqu’elles prévoient, au total, une augmentation de 7% de la prévision nette d’emploi, tout comme la Suisse orientale (est) avec 9% de prévision nette d’emploi. C’est le meilleur résultat observe depuis 2014 pour Zurich… Par zone géographique, les résultats sont les suivants :

  • Suisse orientale : 9%
  • Zurich : 7%
  • Tessin : 3%
  • Suisse du Nord Ouest : 1%
  • Espace Mittelland : 0%
  • Suisse centrale : -1%
  • Région lémanique (Suisse romande) : -6%

5 secteurs sur 10 prévoient une augmentation de leurs effectifs

Côté sectoriel, les entreprises de 5 des 10 secteurs observés ont prévu d’augmenter leurs effectifs.
Les secteurs qui vont le plus recruter au 3eme trimestre 2016 sont :

  • activités financières, assurances, immobilier et services aux entreprises : +10% de prévision nette d’emploi. L’étude ne permet malheureusement pas de savoir avec plus de précision dans quels secteurs se fera cette dynamique car il est peu probable que tous soient impactés de la même manière.
  • hôtellerie restauration : +3%
  • industrie extractive : +1%
  • agriculture : +1%
  • industrie manufacturière :0%
  • transport, entreposage, communication :-1%
  • électricité, gaz eau et énergie : -1%
  • commerce :-2%
  • services publics et sociaux :-9%

Perte de confiance des petites entreprises, mais optimisme marqué dans les grandes entreprises

Indépendants et PME semblent anticiper une perte de dynamisme de l’économie Suisse et ne prévoient pas, dans leur globalité, de recruter (prévisions nettes d’emploi : 0%). En revanche les grandes entreprises prévoient une augmentation nette d’emploi de 11%.

Et dans les autres pays ?

Au trimestre prochain, les entreprises allemandes prévoient une prévision nette d’emploi de +4%. En France, elle est de 2%.

Conclusion

Le paysage du recrutement en Suisse pour le trimestre prochain est contrasté :

Les PME suisses sont à l’évidence plutôt pessimistes sur leur activité à court terme, ce qui ne semble pas être le cas des grandes entreprises. Dans la région de Zurich, on anticipe une forte progression de l’emploi, alors qu’en Suisse romande, c’est l’inverse. En clair, le candidat qui trouvera un emploi en Suisse demain devra chercher dans la région de Zurich, un job dans une grande entreprise et dans le secteur de la Finance, de l’assurance, de l’immobilier ou des services. Pour les autres, ce ne sera pas impossible mais plus compliqué…

Source : étude Manpower

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Je partage mon temps entre Travailler-en-Suisse.ch et b-Sharpe.com, pour qui je gère le Digital. Suivez-moi sur LinkedIn, Facebook, @Expatwire. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

4 réflexions sur “Des perspectives d’emploi en Suisse contrastées pour le 3eme trimestre 2016”

  1. Bonjour Mr David, que pouvez-vous me conseiller, moi ressortissant d’un pays d’Afrique Centrale voulant intégrer l’enseignement supérieur ou Universitaire Suisse?
    Bientôt titulaire d’un doctorat Ph.D en Biodiversité tropicale et pratiques agroforestieres, je suis actuellement enseignant-chercheur contractuel dans une Université d’État, je sollicite si possible un recrutement en qualité d’assistant dans une Université francophone Suisse. Qu’elles sont les opportunités possibles pour mon cas? Merci.
    Cordialement

    1. Bonjour,
      Sincèrement, je n’en sais rien. Il faut prendre contact avec vos pairs, via LinkedIn notamment, et voir quelles sont vos chances. Pour des études, l’obtention du permis n’est pas forcément un problème pour les ressortissants non UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eurex Suisse
Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page