Les rubriques du CV suisse

 

 

Les rubriques du CV suisse

Les recruteurs s’attendent à trouver un certain nombre d’informations dans votre CV. Le curriculum vitae suisse contient des rubriques qu’il faut être capable de restituer, au risque de frustrer le recruteur

A savoir pour la rédaction de votre CV : Évitez les principales erreurs commises par les candidats avec notre e-book gratuit « CV en Suisse : les 5 erreurs à éviter ». Téléchargez le !

La rubrique « identité » (aussi appelée « Informations personnelles »)

Dans cette rubrique, le recruteur devra retrouver vos informations personnelles (nom, prénom, adresse privée, téléphone, âge, état civil). Elle permet au recruteur de savoir qui vous êtes et comment vous contacter. On y trouve :

  • vos nom et prénom
  • votre adresse privée
  • votre numéro de téléphone (idéalement votre  numéro de mobile)
  • votre nationalité
  • l’âge (ou la date de naissance) n’est pas, au sens légal, une information qu’il faut obligatoirement indiquer, mais elle est recommandée (conseil à adapter selon votre situation)
  • votre situation de famille (célibataire, marié…) n’est également pas une information obligatoire, et l’insertion dans le CV (ou non) est à étudier au cas par cas selon la situation du candidat

La formation et les diplômes

Cette rubrique a pour objectif de retracer votre itinéraire scolaire et vos études, jusqu’à l’obtention de vos diplômes professionnels spécifiques.

  • En général, on la présente dans l’ordre chronologique inverse, pour faire ressortir les dernières formations suivies  et les derniers diplômes obtenus.
  • Expliquez simplement vos formations et diplômes qui ne sont pas forcément connus des recruteurs locaux, et évitez les termes trop techniques
  • Si vous avez eu une mention ou d’excellentes notes, vous pouvez le mentionner, mais ce n’est pas une obligation

Si vous n’avez pas suivi vos études en Suisse, il est fortement recommandé de faciliter le travail du recruteur en lui indiquant les équivalences de vos diplômes par rapport aux diplômes suisses, dans la mesure du possible. Nous vous conseillons également de fournir un peu de contexte, et d’expliquer ce en quoi a consisté votre formation, en particulier si le titre est technique ou peu explicite.

L’expérience professionnelle

Dans cette rubrique, le recruteur suisse aura un aperçu de vos différentes expériences professionnelles.

Dans la plupart des cas, il est recommandé de placer en tête l’expérience la plus récente.

Nous vous recommandons de valoriser, parmi vos expériences et réalisations professionnelles, celles qui sont les plus en relation avec le poste que vous visez. Par exemple, si vous possédez une expérience de marketing opérationnel dans l’industrie agro-alimentaire, et que vous visez un poste de marketing opérationnel dans une entreprise du secteur de l’industrie du tabac, insistez davantage sur l’expérience de la fonction (par exemple, maîtrise des techniques de marketing opérationnelles) que sur celle du secteur.

Pour chaque expérience, faites figurer : l’employeur, le lieu où vous avez effectué cette expérience (ville, et pays si ce n’est pas en Suisse), la fonction occupée et la date de début et de fin de collaboration. C’est le minimum. Il est fortement conseillé d’ajouter des informations relatives aux tâches et responsabilités occupées.
Organisez vos expériences de la façon suivante :

  1. Poste occupé : par exemple, ingénieur système, infirmière au service des urgences, horloger…
  2. Missions ou tâches (2 ou 3 d’entre-elles) par exemple la mise en place d’actions commerciales et de marketing direct ou l’encadrement d’une équipe de xx personnes
  3. Principales réalisations (1 ou 2) concrètes et si possible chiffrées. Par exemple, augmentation de 5% en 3 ans du nombre de clients grâce aux actions commerciales et de marketing direct. Cette partie n’est pas une obligation, mais ajoute un « plus ». Il n’est également pas obligatoire de faire figurer pour chaque expérience une réalisation, une seule (bonne !) suffit

Nous vous conseillons d’apporter un niveau d’information suffisant sur cette partie. Les CV suisse sont en général assez complets (ils peuvent s’étendre sur plusieurs pages), et se rapprochent de ce point de vue des CV allemands.

A l’inverse, les CV pour le marché du travail en France sont beaucoup plus synthétiques et un CV de ce type risquerait de ne pas contenter un recruteur suisse, surtout si vous avez un métier technique ou un profil riche de type senior.

La détermination de la partie expérience professionnelle est plus simple si vous avez préalablement effectué un bilan de compétence.

Les références

Vous pouvez indiquer dans votre CV les personnes que le recruteur pourrait appeler et qui sont susceptibles de parler de vous. Ne mentionnez pas les coordonnées téléphoniques, vous les remettrez lors de l’entretien.

En Suisse, il est d’usage d’indiquer dans son CV les personnes que le recruteur pourra contacter et qui pourront parler de vous et de votre travail : ce sont les références. Ce n’est pas une stricte obligation mais la présence de cette rubrique est en général souhaitée.

Prévenez les personnes que vous mettez en référence, et assurez-vous qu’elles vous connaissent suffisamment pour parler de votre cas de manière objective… et positive.

Les Compétences

Mieux vous saurez exprimer vos compétences, plus il sera facile pour le recruteur de les identifier et d’imaginer comment il pourrait les appliquer pour sa propre structure. Dans beaucoup de CV ces compétences ne sont pas exprimées, ou mal exprimées, et une confusion est souvent faite entre les compétences et les tâches.

  • Facilitez la vie du recruteur et indiquez dans cette rubrique vos compétences.
  • Quelques exemples de compétences : Capacité de négociation, Capacité à résoudre des situations de conflit, Forte résistance au stress etc…
  • Vous pouvez plus ou moins détailler ces compétences.

Attention : sauf cas particulier, nous déconseillons de dresser une longue liste de compétences qui risquent de noyer le recruteur. Faites des choix et sélectionnez les « bonnes » compétences (c’est-à-dire celles que vous avez réellement et qui intéresseront le recruteur).

Votre maîtrise des langues pourra figurer dans cette rubrique ou, mieux, dans une rubrique spécifique.

Les Langues

Dans un pays qui comporte plusieurs langues officielles et où les régions linguistiques sont fortement marquées, il est très important de bien mentionner le niveau de langue que vous avez. 

  • L’évaluation du niveau de langue est souvent un sujet délicat : les mentions « lu, écrit, parlé » ne sont que peu satisfaisantes, tout comme les notions de « maîtrise ». Soyez le plus objectif possible sur votre niveau de langue et ne trichez pas, car la probabilité d’être interrogé lors de l’entretien ou par téléphone dans une langue autre que votre langue maternelle est importante, du moins dans certaines activités.
  • L’allemand est recommandé pour travailler en Suisse alémanique, mais l’anglais peut être suffisant, notamment si vous travaillez pour une entreprise qui a choisi l’anglais comme langue de communication (ce qui arrive aussi dans certaines entreprises multinationales en Suisse romande).
  • L’anglais est indispensable dans beaucoup d’entreprises en Suisse, c’est la langue des affaires. Dans certaines entreprises plus « traditionnelles », il n’est pas indispensable, mais est de plus en plus exigé. Pour les cadres, l’Anglais est pratiquement indispensable.
  • Indiquez vos séjours à l’étranger si leur durée est significative (plusieurs mois)

 

Les Hobbies, loisirs et projets personnels

C’est la partie du CV qui regroupe en général des informations sur les hobbies ou projets personnels du candidat. Cette rubrique n’est pas obligatoire.

  • Si vous n’avez rien à dire dans cette rubrique, ne dites rien ! Mieux vaut ne pas mentionner la rubrique que d’indiquer « couture, course à pied et lecture ».
  • Si vous décidez de mentionner un de vos hobbies, assurez-vous que celui-ci est en phase avec le poste que vous visez. Par exemple, indiquer que vous êtes un sportif de haut niveau peut donner des indications positives sur votre personnalité.

Tous ces conseils et informations représentent un minimum à insérer dans un CV. Pour en faire un bon, voire un excellent CV, certaines informations peuvent être ajoutées, comme par exemple un cartouche de présentation, qui a pour objectif de présenter en quelques mots l’essentiel du candidat.