Accueil » Assurances » 5 conseils de pro pour faire baisser votre assurance maladie LAMal

5 conseils de pro pour faire baisser votre assurance maladie LAMal

Nos solutions pour travailler en Suisse

Publicité

5 conseils pour la LAMal

Chaque année, les personnes qui vivent en Suisse constatent une inexorable augmentation des primes d’assurance maladie, qui reste pour les ménages suisses un poste non négligeable de dépense, et tout particulièrement pour les familles importantes.

Parfois de 1,5%, ces augmentations ont été jusqu’à de plus de 10%. Pour cette année 2016 à venir, les primes vont augmenter de manière significative, et d’environ 5% dans les cantons de Vaud et de Genève notamment.

Pour réduire votre budget d’assurance maladie LAMal, voici 5 conseils simples à appliquer :

#1. Choisir une franchise à option

L’assurance maladie en Suisse, que nous appellerons dans la suite LAMal, permet de prendre plusieurs niveaux de franchise. Une franchise, c’est un montant que vous décidez de prendre à votre charge. Et plus ce montant est important, plus la caisse d’assurance maladie vous permettra de réduire ce montant. Entre la franchise la plus élevée (2’500 CHF) et la moins élevée (300 CHF), la différence de prime est d’environ, et en moyenne, un peu plus de 100 francs suisses par mois. Toutefois, prendre une franchise n’est pas totalement anodin, car cela signifie qu’en cas de problème de santé important, le malade devra payer de sa poche 2’500 CHF, auxquels s’ajouteront les 700 francs maximum de quote-part (participation aux frais), ce qui représente un montant significatif. Il est donc important qu’une personne qui fait ce choix ait les moyens de payer une telle somme. En général, les personnes qui sont en bonne santé choisissent la franchise la plus élevée (2’500 CHF).

#2. Choisir de se faire soigner à distance

Depuis quelques années, les caisses maladie proposent à leurs assurés d’appeler un centre médical qui les orientera ensuite, selon le pré-diagnostic établi à distance, vers un médecin ou pas. Ce modèle, appelé Télémédecine, permet de réduire jusqu’à 20% le montant de sa prime. L’inconvénient de ce modèle est que selon la caisse maladie, le malade a l’obligation de suivre les recommandations qu’on lui fait. Dans certains cas, le médecin et/ou la pharmacie peuvent lui être imposés.

#3. Adopter le médecin imposé par la caisse maladie

Certaines caisses maladie proposent aux assurés, moyennant une baisse d’environ 15% de la prime d’assurance maladie, de choisir leur médecin de famille dans une liste de médecins. Pour les personnes qui arrivent en Suisse ou qui sont peu malade, c’est peu contraignant et permet de réduire son budget d’assurance santé. Pour les autres, et notamment les personnes qui sont déjà sur place et suivies, c’est plus compliqué. Le modèle HMO (réseau de soin), est une alternative moins restrictive qui consiste à consulter un médecin dans une liste de professionnels appartenant à un réseau agréé par la caisse maladie.

#4. Optimiser sa franchise

Il existe plusieurs niveaux de franchise, et ceux-ci doivent être adaptés à la « consommation » du patient en termes de soins de santé. Pour savoir exactement à quoi un patient peut s’attendre en termes de frais, la FRC (Fédération Romande des Consommateurs) met à disposition un calculateur de franchise.

#5. Choisissez la caisse maladie la moins chère

Ce dernier conseil paraîtra probablement évident, mais pour les personnes qui ne connaissent pas le fonctionnement de l’assurance maladie en Suisse, cela ne coule pas source. Concrètement, les couvertures proposées par les différentes caisses maladie sont exactement les mêmes, alors même que les montants des primes changent de manière significative d’une caisse à l’autre. La raison ? Certaines caisses maladie proposent par exemple le tiers payant, ou alors remboursent rapidement les soins. Aussi, si vous n’avez pas de besoins particuliers, ou si vous ne voyez pratiquement jamais le médecin, il est donc souhaitable de prendre l’assurance maladie la moins chère, du moins une assurance qui n’est pas parmi les plus coûteuses.

En conclusion

Le sujet de l’assurance maladie n’est pas forcément le plus simple, et tout particulièrement quand on vient de l’étranger. Toutefois, il existe plusieurs possibilités de payer moins cher, notamment avec des modèles dits alternatifs comme ceux présentés dans cet article. Toutefois, il est important de comprendre les conséquences de ces modèles. Pour plus de détails, nous vous conseillons la lecture de cet article sur le site de la FRC.

Pour en savoir plus sur la LAMal, consultez notre page « Assurance maladie en Suisse« , et si vous voulez être guidé dans votre choix, nous vous mettons en contact avec notre partenaire santé qui vous établira un devis sans engagement de votre part.

Attention : ces conseils ne s’appliquent pas aux frontaliers qui souhaitent s’affilier à la LAMal frontalier. Pour plus d’informations, merci de consulter notre page « Assurance maladie pour les frontaliers« .

Rubrique

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Je partage mon temps entre Travailler-en-Suisse.ch et b-Sharpe.com, pour qui je gère le Digital. Suivez-moi sur LinkedIn, Facebook, @Expatwire. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eurex Suisse
Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page