Accueil > Actualité en Suisse > Horlogerie en Suisse : statistiques et perspectives 2011

Horlogerie en Suisse : statistiques et perspectives 2011

L’horlogerie en Suisse est un marché d’exportation, puisque 95% de la production est vendue à l’étranger. De fait, c’est une industrie qui est particulièrement sensible à la conjoncture mondiale, les crises économiques et/ou financières ayant un impact en général significatif sur ce secteur.

Les entreprises suisses présentes sur ce marché sont principalement actives sur les segments de marché « Moyen de gamme » et « Haut de gamme ».

Les montres mécaniques et les montres électroniques : 2 marchés très différents

En termes de produits, on distingue :

  • les montres mécaniques, représentant 70% du chiffre d’affaires réalisé par les entreprises suisses,
  • les montres électroniques.

Le marché des montres électroniques est soumis à une forte concurrence, notamment des pays d’Asie. De fait, il existe une très forte concurrence sur les prix de ces produits. Swatch group produit l’essentiel des montres électroniques produites en Suisse.

Le marché des montres mécaniques est pour sa part soumis à la demande des consommateurs ayant un pouvoir d’achat suffisamment important pour pouvoir acheter des montres allant de quelques milliers de francs suisses à parfois plusieurs centaines de milliers. Les sociétés « traditionnelles » qui fabriquent des montres mécaniques depuis parfois plusieurs centaines d’années ont été concurrencées ces dernières années par de nouveaux arrivants. La crise de 2008 et 2009, qui a fortement impacter l’industrie horlogère, a impacté certaines de ces « jeunes » entreprises, dont certaines ont dû fermer.

Qui achète les montres suisses ?

Les principaux continents « clients » de l’industrie horlogère suisse sont :

  • l’Asie (48% des exportations)
  • L’Europe (34%)
  • L’Amérique (16%)

Concernant l’emploi, 43 700 personnes travaillent dans l’industrie horlogère, plus de 55% d’entre-eux pour une grande entreprise. La branche propose des emplois en Suisse à de nombreux travailleurs étrangers (frontaliers , expatriés, résidents).

Perspectives 2011

Le swiss made va accroître la pression sur les prix

Le label Swissness : les autorités suisses veulent durcir les règles d’utilisation du terme « Swiss made ». Concernant l’horlogerie, cette mesure est importante puisque l’image de ce secteur repose en grande partie sur un savoir-faire suisse. Aussi, la nouvelle loi prévoit que les sociétés horlogères ne pourront se prévaloir du label « Swiss made » que si 60% des coûts de fabrication sont réalisés en Suisse. Or, aujourd’hui, certaines entreprises, actives sur les segments de marché moyens et bas, font fabriquer une partie des pièces à l’étranger, qu’elles assemblent ensuite en Suisse. Pour sa part, la fédération de l’industrie horlogère suisse demande que ce pourcentage passe à 80%. En conséquence, ces mesures devraient avoir un impact sur les prix, et devrait provoquer des rapprochements, rachats ou fusions d’entreprises du secteur.

La tendance à la manufacture pour les grandes entreprises

Pour les grandes entreprises, la tendance est à la concentration, initiée en période de crise, avec l’intégration de tous les processus de fabrication dans l’entreprise (concept de manufacture).

D’après les experts économiques, l’industrie horlogère est un des secteurs les plus prometteurs pour l’année 2011 en termes de croissance : cela a été déjà annoncé par plusieurs cabinets d’études.

2010 a été une excellente année, et particulièrement pour la locomotive de la branche, Swatch Group, qui a annoncé des résultats records avec un bénéfice net supérieur à 1 milliard de francs. L’activité montres et bijoux de l’entreprise a même bénéficié d’une progression du chiffre d’affaires de plus de 20% par rapport à l’année 2008, qui était elle-même une année exceptionnelle.

Cependant, compte du franc suisse qui continue d’être fort (contre l’euro et le dollar), les ventes pourraient s’essouffler quelque peu dans le courant de l’année.

Les perspectives de recrutement dans ce secteur sont bonnes, et ce d’autant que le secteur a largement réduit ses effectifs en 2009 .

Sources : Crédit Suisse (Manuel des branches 2011), Swatch Group , Travailler-en-Suisse.ch

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Suivez-moi sur Instagram, LinkedIn, Facebook. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page