Accueil > Actualité en Suisse > Pourquoi le pouvoir d’achat des frontaliers risque de baisser (fortement) en 2014

Pourquoi le pouvoir d’achat des frontaliers risque de baisser (fortement) en 2014

baisse-taux

2014 risque d’être une année particulière pour le frontalier suisse, qu’il soit étranger ou Suisse : avec la fin annoncée du régime privé de l’assurance santé frontalier, les hausses d’impôts liées au barème d’impôt à la source côté suisse et à la loi de Finance en France, et l’augmentation du coût de la vie, les ménages frontaliers devraient observer une baisse de pouvoir d’achat.

Ces informations concernent certes les frontaliers déjà en activité, mais également ceux qui souhaitent devenir frontalier et travailler en Suisse, ce type d’information pouvant avoir un poids dans la négociation salariale au cours de l’entretien de recrutement.

1. Le coût de la vie en zone frontalière française est inférieur à celui de la Suisse, mais pas tant que ça

Il est effectivement vrai que le coût de la vie en Suisse est objectivement plus élevé qu’en France. Mais ceux qui connaissent bien la région frontalière vous diront que le coût de la vie est bien plus élevé dans ces régions que partout ailleurs en France (il est, selon les endroits, équivalent à celui qu’on trouve à Paris ou en région parisienne) : l’immobilier, tant à la location qu’à la vente, est hors de prix, et le prix des biens de consommation élevés.

Avec une hausse prévue de la TVA française sur un certain nombre de biens, et diverses dispositions étatiques qui devraient majorer le prix des denrées (par exemple la taxe écologique sur les transports qui devrait être intégralement répercutée sur les consommateurs), le coût de la vie devrait plus qu’augmenter en France, pénalisant notamment les frontaliers.

2. Une hausse du taux de change franc suisse euro qui devrait peser lourd sur les budgets des ménages frontaliers

Enfin, sur ce sujet, les frontaliers ont au-dessus de la tête une épée de Damoclès qui menace leur pouvoir d’achat : le taux de change franc suisse euro. S’il est vrai que depuis quelques années, le taux de change est favorable aux frontaliers (avec un franc suisse fort par rapport à l’euro), il ne faut pas oublier qu’à certaines périodes, l’euro était plus fort (jusqu’à 1,67, contre environ 1,25 actuellement). Ce qu’il faut comprendre, c’est que le taux de change actuel est pratiquement au plancher (plancher fixé par la Banque Nationale Suisse), et il est donc improbable que le taux de change baisse encore. A l’inverse, une augmentation du taux est à prévoir, notamment avec la reprise annoncée de l’activité économique en 2014 pour les pays de la zone euro. La question n’est donc pas de savoir si cela va remonter mais plus exactement quand en 2014… La différence de budget pour un ménage frontalier ayant ses sources de revenus en francs suisses peut être très significative (de plusieurs centaines à plusieurs milliers d’euros selon les revenus). Note du 15/02/15 : c’est exactement l’inverse qui s’est produit, avec une hausse du franc suisse par rapport à l’euro suite à l’abandon par la BNS du taux plancher. Vous pouvez effectuer une conversion franc suisse euro pour plus d’informations)

3. Les frais d’assurance santé des frontaliers devraient prendre l’ascenseur en 2014

Si rien ne change, en mai 2014, le coût de l’assurance maladie frontalier devrait globalement augmenter de manière significative pour les ménages frontaliers avec le passage à la CMU pour les personnes assurées en santé privée (pour information, un foyer ayant un revenu imposable de 100 000 francs suisses nets paiera environ 465 euros mensuels de prime CMU à laquelle il faudra ajouter une complémentaire d’environ 150 euros par mois). Nous sommes toutefois encore en attente de l’action du Groupement transfrontalier européen, qui, nous l’espérons, permettra de maintenir le régime de l’assurance santé privée pour les frontaliers.

4. Les impôts vont augmenter pour certains frontaliers en 2014

Le barème de l’impôt à la source va être harmonisé le 1er juin 2014 pour tous les cantons suisses (source : Groupement transfrontalier européen). Ne seront concernés dans ce cas que les frontaliers qui paient leurs impôts en Suisse, soit les frontaliers du canton de Genève, Zurich et Argovie, ainsi que les frontaliers dans tous les cantons qui ont un pied à terre en Suisse et qui rentrent la semaine en France (les frontaliers dits semainiers). Plus particulièrement, les foyers dont un est un frontalier et le conjoint travaille en France seront les plus impactés : le nouveau barème (le barème C) prévoit en effet que le salaire du conjoint travaillant en France est identique à celui de celui qui travaille en Suisse (jusqu’à un maximum d’un peu plus de 65 000 francs suisses par an). Or, le salaire moyen est bien inférieur, ce qui signifie que les frontaliers dans ce cas seront imposés davantage que ce qu’actuellement et en dehors de la réalité de la situation réelle du foyer.

De votre côté, voyez-vous d’autres raisons de perte de pouvoir d’achat pour les frontaliers ?

Digdem Alogan

Rédactrice spécialisée sur le site Travailler-en-Suisse.ch Suivez-nous sur @Expatwire, Facebook Suivez notre actualité grâce à notre newsletter

22 réflexions sur “Pourquoi le pouvoir d’achat des frontaliers risque de baisser (fortement) en 2014”

  1. Bonjour, Et vous trouvez normal de devoir avancer les charges sociales de votre nounou lorsque les 2 parents travaillent en Suisse ? Quand vous payez déjà par exemple 1200 euro de frais de garde pour un mois, vous recevez encore 890 euro de charge à payer. Donc 2’000 euro rien que pour les frais de garde ! C’est scandaleux ! Et Injuste!

  2. bonjour,
    concrètement et en ajoutant tous les « mauvais » scenarios, la baisse sera de combien de pourcent sur un salaire suisse ?
    on sent un revirement de situation politique franco-suisse tendant a calmer durement l’exode vers la suisse des futurs travailleurs !
    bonne lecture et merci d’avance.

    1. Bonjour,

      Difficile de répondre à cette question. Pour savoir combien pourrait vous coûter la CMU, cliquez sur ce lien. Pour le taux de change, nous sommes aujourd’hui à un peu moins de 1,25. Si nous passons dans quelques mois à 1,35, la différence pour un salaire de CHF 5000 est d’environ 300 EUR. Si nous passons à 1,45, la différence est de 550 EUR.

  3. Elise Cubizolles Ganci

    Bonjour,
    Il y a quelque chose que je ne comprends pas avec la CMU… Pouvez-vous m’éclairer ?
    Je suis arrivée en Suisse en 2007 où j’ai bien entendu été assurée.
    Fin 2011, je suis devenue frontalière mais j’ai voulu conserver mon assurance santé (LaMal et complémentaires) en Suisse.
    Si cette histoire de CMU passe, dois-je comprendre que la France va m’obliger à y adhérer ? (Alors que je suis assurée en Suisse depuis 2007…)
    Merci.

    1. Bonjour Elise,
      Vous n’êtes pas concernée, seules sont concernées les personnes qui sont assurées en France, avec le régime privé d’assurance santé frontalier, ce qui n’est pas votre cas. Ces personnes seront basculées à la CMU frontaliers en 2014 si rien ne change d’ici là. Mais nous gardons espoir…

      1. Elise Cubizolles Ganci

        Merci pour ces quelques lignes très éclairantes !
        Je soutiens « votre » cause quoiqu’il en soit car je trouve ce forcing inacceptable…

  4. Bonjour,
    cela concerne t il que les couples mariés ou cela impaque t il egalement les pacs ?
    SI vous avez plus d’infos je suis (comme tout le monde tres certainement) preneur !!

    1. Bonjour,

      Concernant l’impôt à la source en Suisse, ce dispositif va impacter tout le monde, mais particulièrement les couples dont un travaille en Suisse et pas l’autre. Au sens du droit suisse, les personnes passés ne sont prises en compte que dans le cas où ce sont des personnes de même sexe. Le Groupement transfrontalier européen a sorti ce mois dans son magazine un article qui donne quelques détails sur ce sujet.

  5. Bonjour,
    y a-t-il une exception prévue pour les petits salaires en Suisse concernant le nouvel impot et la CMU obligatoire ? Je compte bientôt travailler pour une association sur genève, mais c’est un travail qui, par rapport aux emplois équivalents (enseignement à temps plein), est moins payé (4200 chf brut) car c’est aussi un engagement citoyen. Quelle somme mensuelle approximative faut-il prévoir de déduire du salaire ?

  6. Salut David,
    J’espère que tu vas bien… Dans quelle mesure toutes ces décisions impactent-elles les futurs entrepreneurs ? Je comptais me lancer en Freelance en 2014…
    Merci,
    Stéphanie

    1. Bonjour Stéphanie,

      Dans la mesure où tu as le statut d’indépendant frontalier, tu seras soumises aux mêmes « contraintes », notamment pour l’assurance santé (sauf si tu es au bénéfice de la LAMal pour frontaliers, voir cet article sur l’avenir de l’assurance santé frontalier qui résume les principaux cas).

      Pour les impôts, normalement tu n’es pas soumise à l’impôt à la source, mais il faudrait se renseigner auprès de l’administration cantonale pour voir si des dispositions particulières ont été prise (je ne le sais pas pour l’instant).

      1. Bonjour,

        Je confirme, un indépendant frontalier est soumis au rôle ordinaire et dois remplir une déclaration fiscale genevoise. Il aura donc les mêmes intérêts (déductions fiscales) qu’un frontalier demandant le « statut de quasi-résident ».

        Meilleurs messages.

        Nicolas

  7. Bonjour,

    Si le traitement de l’assurance-maladie passe sans modification, il faudra vraiment que les frontaliers se mobilisent contre ce changement (manifestations). En effet, cela ne pose pas de problème aux personnes travaillant sur France, dans la mesure où une très grande partie du coût est payée par l’employeur. Comme ce ne sera pas le cas pour les frontaliers, cela résultera en une prime très élevée (plus chère que l’assurance privée en Suisse pour un cadre) pour un service de qualité très moyenne (la médecine nationalisée française n’est souvent pas aussi bonne qu’en Suisse – après avoir visité quelques généralistes en France, l’on sent bien qu’il ne se préoccupent pas autant du patient, ce qui peut se comprendre lorsque l’on est payé 25 EUR la consultation…).

  8. Bonjour à tous,

    En tant que frontalier payant ses impôts en France, ne pouvons-nous pas déduire de nos impôts une partie de la CMU?
    Merci pour vos informations toujours pertinentes.

  9. Bonjour,
    Savez vous quand le nouveau barème C d’imposition à la source pour Genève va être rendu publique ?
    Merci d’avance pour votre réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page