Accueil > Actualité en Suisse > Les prévisions d’emploi en Suisse en 2017 et 2018

Les prévisions d’emploi en Suisse en 2017 et 2018

perspectives-emploi-suisse-2017-compressor

Plusieurs études ont récemment été publiées pour tenter de caractériser l’état de santé du marché de l’emploi et de l’économie en Suisse. Les perspectives d’emploi en Suisse sont plutôt bonnes pour les mois qui viennent jusqu’en 2018, avec une dynamique de l’emploi positive, et qui retrouve un certain dynamisme. Sur le plan économique, les études moyens termes sont plutôt également positives, mais l’impact sur l’emploi, à l’horizon 2018 devrait toutefois rester relativement modéré.

Les prévisions d’emploi pour le 2ème trimestre sont plutôt bonnes

Le baromètre trimestriel de Manpower suisse du 2ème trimestre 2017 révèle une indication intéressante : les entreprises suisses semblent avoir retrouvé un optimisme certain après plusieurs mois difficiles dus notamment à franc suisse élevé et un taux de change CHF / EUR pénalisant pour les exportations. Ainsi, la proportion d’entreprises suisses qui souhaitent accroitre leurs effectif a augmenté significativement par rapport au trimestre dernier, même si les intentions sont contrastées suivant les secteurs d’activité et les régions.

Prévision nette d’emploi de 4% pour les PME et grandes entreprises suisses

Selon l’étude, les PME et grandes entreprises suisses prévoient de recruter, avec une prévision nette d’emploi de +4%. Si on compare au trimestre précédent, ce sont les PME qui progressent le plus dans leurs intentions de recrutement, alors que les grandes entreprises vont pour leur part plutôt les diminuer. Pour toutes ces catégories d’entreprises, la comparaisons par rapport à l’année précédente est plutôt flatteuse puisque les intentions augmentent de manière significative.
En revanche, l’emploi des micro entreprises (moins de 10 salariés) devrait rester en berne, voire régresser.

Le classement des cantons selon le dynamisme du recrutement au 2ème trimestre 2017

La Suisse orientale et la région de Zürich sont les régions suisses qui vont connaître le plus fort dynamisme sur le front de l’emploi, avec une prévision nette de d’emploi de respectivement +8% et +4%. L’amélioration des prévisions nettes d’emploi par rapport au trimestre précédent est très nette pour la Suisse orientale, avec une progression de 6 points. Voici les chiffres de l’ensemble des régions :

Prévision nette d’emploi au 2ème trimestre 2017

  • Suisse orientale (cantons d’Appenzell Rhodes-Extérieures et Intérieures, Glaris, Grisons, Saint-Gall, Schaffhouse et Thurgovie) : +8%
  • Zürich : +4%
  • Tessin : +2%
  • Région lémanique (Genève, Vaud, Valais) : +0%
  • Suisse du Nord-Ouest (notamment Bâle) : -3%
  • Suisse centrale : -9%

Les classement des secteurs d’activité selon le dynamisme du recrutement

5 secteurs d’activité sur les 10 analysés ont des perspectives d’emploi positives (le nombre de recrutement va dépasser le nombre de licenciements). L’industrie, dans ce contexte, reprend un peu de couleur par rapport aux trimestres précédents.
Les prévisions nettes d’emploi par secteur sont les suivantes :

  • Industrie extractive : +12%
  • Activités financières, assurance, immobilier, assurance, services aux entreprises : +9%
  • Énergie : +3%
  • Industrie manufacturière : +3%
  • Services publics et sociaux : +2%
  • Construction : -2%
  • Transport, entreposage et communication : -2%
  • Hôtellerie et restauration : -3%
  • Commerce : -8%
  • Agriculture, chasse, sylviculture, pêche : -14%

Chacun de ces chiffres, vous l’avez compris, inclut un ensemble de secteurs dont les perspectives d’emploi sont parfois très différentes. Par exemple, l’industrie horlogère continue de souffrir, ce qui n’apparait pas forcément dans ces résultats. Toutefois, les résultats fournis ne nous permettent pas d’aller jusqu’à cette précision.

Les perspectives économiques de la Suisse sont bonnes

Des analyses récentes du KOF montre que l’économie suisse devrait se comporter positivement d’ici à 2018, grâce notamment à une embellie économique des pays de l’Union européenne.
Les entreprises suisses, qui sont pour beaucoup des sociétés exportatrices, ont vu leurs marges fondre suite à l’appréciation importante du franc suisse (CHF) par rapport à l’euro depuis février 2014, date de la fin du taux plancher de la BNS. Selon les différentes projections du KOF, l’EUR / CHF devrait évoluer aux alentours de 1,07 dans les mois qui viennent.
L’étude estime également que dans les entreprises les plus exposées au risque de change, des mesures vont continuer d’être prises pour en limiter l’impact. Aussi, dans ces entreprises, il est peu probable que l’emploi progresse au cours de mois à venir.

Sur le plan sectoriel, voici ce qu’on peut dire :

  • On attend une forte croissance en 2017 et 2018 sur le plan de la création de valeur des secteurs de la Santé et des affaires sociales
  • Le secteur du Commerce va retrouver quelques couleurs avec une année 2017 puis une année 2018 qui devraient être relativement bonnes
  • L’hôtellerie restauration, après des périodes passées difficiles, va stabiliser ses performances économiques et retrouver petit à petit le chemin de la croissance.
  • Le secteur de l’assurance et de la Finance vont bénéficier, en 2017 et 2018, de belles performances économiques, tout comme le secteur du Bâtiment.
  • Bien qu’ils ne soient pas en excellente forme, les secteurs de l’électricité, de la Chimie et les métiers d’architecte devraient bénéficier d’une embellie dans les mois qui viennent.
  • Le secteur du textile et de l’industrie métallurgique ne vont, pour leur part, pas voir leur situation s’améliorer.

Les 3 secteurs qui, à moyen terme, devraient bénéficier d’une dynamique de l’emploi

3 secteurs devraient, d’ici à 2018, avoir un impact significatif sur l’emploi et proposer des opportunités : le secteur de l’enseignement, celui de la Santé et le secteur social.
Au total, on attend en Suisse un taux de chômage assez bas et stable, de 3,3% en 2017 et 2018 (si on prend le taux de chômage au sens du Bureau International du Travail, on sera pour la Suisse à un taux de chômage de 4,7% à la fin de l’année 2018).

Source : étude Manpower Suisse et KOF

Crédit photo : D. Talerman

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Suivez-moi sur Instagram, LinkedIn, Facebook. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

2 réflexions sur “Les prévisions d’emploi en Suisse en 2017 et 2018”

  1. Bonjour,
    Je suis à la recherche d’un emploi d’opératrice polyvalente en horlogerie. Certificat obtenu en décembre 2016 au Centre de Formation de l’Horlogerie à Plan les Ouates.
    Pouvez-vous me donner des informations sur l’évolution du marché du travail dans ce domaine ?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse et vous prie de recevoir mes sincères salutations.
    Cordialement

    1. Bonjour,
      Je vous invite, si vous êtes d’accord, à poser votre question sur le forum frontalier et expatrié que nous venons de lancer : nous apporterons un élément de réponse, et la communauté également !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scala Wells

Sponsors