Accueil > Actualité en Suisse > Salaires minimum réclamés dans l’horlogerie, la chimie et la santé

Salaires minimum réclamés dans l’horlogerie, la chimie et la santé

Les syndicats suisses – qui sont régulièrement consultés et dont le rôle est essentiel et beaucoup plus responsable qu’en France – réclament de nouvelles mesures pour faire face aux cas de dumping salarial observés dans les secteurs de l’horlogerie, de la chimie et de la santé.

La mise en place de ces salaires minimum devrait passer selon eux par la mise en place de Conventions Collectives de Travail (CCT) pour ces secteurs. Ils réclament par ailleurs plus de contrôle pour le secteur de la Construction.

Recrutement d’étrangers à bas salaire

Certaines entreprises sans CCT embauchent des travailleurs étrangers à moindre coût et licencient une partie de leur personnel actuel.

Sans pouvoir en faire une généralité, le syndicat Unia a observé que dans le secteur de la Chimie à Genève, l’écart entre les salaires de la main d’oeuvre locale et les salaires des travailleurs frontaliers est passé d’un peu plus de 10% en 2000 à près de 18% en 2008. Ce serait également le cas pour l’horlogerie et la santé.

Les syndicats ont également observé des abus dans les branches du nettoyage, de la sécurité et de l’agriculture,des secteurs qui recrutent beaucoup de travailleurs temporaires. Du coup, les syndicats réclament également une CCT pour le travail temporaire.

Plus de contrôles dans la Construction pour réduire les infractions

Dans le secteur de la Construction, secteur qui bénéficient de Conventions Collectives de Travail (CCT), les problèmes viennent parfois du non respect de ces conventions : les responsables de chantiers confieraient en effet des travaux à des sous-traitants « non autorisés », ces sous-traitants utilisant par la suite la sous-traitance avec des entreprises venues d’Europe, avec des coûts plus réduits.

Autre problème : les indépendants. Au Tessin, selon les syndicats, 40% des travailleurs dans la Construction sont des « faux » indépendants proposant des prestations bien en deçà des normes. Une manière de contourner les CCT en quelque sorte, une forme de salariat déguisé.

Les syndicats réclament ainsi plus de contrôles, et des mesures facilitant la perception des amendes pour les entreprises contrevenantes.

Le dumping salarial touche les salariés les plus précaires

En général, ce sont les salariés qui ont les emplois les moins bien payés ou les plus précaires qui sont victimes de dumping salarial, d’où la nécessité de les défendre. Le dumping salarial est néfaste pour l’économie toute entière, à la fois pour les travailleurs étrangers qui acceptent de travailler en Suisse en étant moins bien payés, et aussi bien sûr pour les travailleurs locaux, Suisses et étrangers déjà sur place, qui se voient « subtiliser » de manière déloyale des postes qu’ils occupaient ou auraient pu occuper.

Les statistiques des salaires suisses montrent bien que les travailleurs étrangers qui ont les emplois les moins qualifiés sont ceux dont la différence de salaire avec les Suisses est la plus importante.

sources : 20mn et Travailler-en-Suisse.ch

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Suivez-moi sur Instagram, LinkedIn, Facebook. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page