Accueil » Actualité en Suisse » Assurance santé frontalier : défendez vos droits et signez la pétition

Assurance santé frontalier : défendez vos droits et signez la pétition

Nos solutions pour travailler en Suisse

Publicité

Aujourd’hui, les travailleurs frontaliers habitant en France qui cherchent une assurance santé frontalier peuvent exercer leur droit d’option, c’est-à-dire qu’ils ont le choix entre 3 régimes différents :

  • Le régime d’assurance santé privé français, qui concerne plus de 90% des frontaliers,
  • Le régime d’assurance santé français CMU pour frontalier,
  • Le régime d’assurance santé suisse, la LAMal frontaliers.

Au 31 mai 2014, il ne sera plus possible de choisir le régime privé d’assurance santé, et toutes les personnes inscrites à ce régime basculeront dans le régime de la CMU pour frontaliers, qui correspond à l’équivalent du régime général de la Sécurité sociale française.

Les problèmes de la fin de l’assurance santé frontalier en 2014

Cette situation pose de nombreux problèmes. Notamment, avec la CMU, il n’est pas possible de se faire soigner en Suisse sur la base de soins programmés. Concrètement, les personnes qui suivent des traitements en Suisse ne seront plus remboursés avec la CMU, et il ne sera pas possible de programmer des soins dans des établissements de santé suisse, ce qui est aujourd’hui possible avec une assurance santé privé.

Autre problème de taille, le coût : le coût de la prime CMU est calculé sur la base du revenu fiscal de référence : pour beaucoup de ménages frontaliers, cela risque d’être une charge très lourde sur le plan financier. Vous pouvez calculer le montant de la prime CMU sur notre calculateur CMU.

Le régime privé d’assurance frontalier est-il encore intéressant ?

Beaucoup de personnes nous demandent s’il est encore intéressant de souscrire une assurance santé privé dans la mesure où dès 2014, les assurés passeront directement sur la CMU. Nous estimons que oui, et notamment parce que le système d’assurance santé LAMal pour frontalier, l’autre alternative, est tout aussi coûteux, avec des primes qui sont contrôlées par les caisses maladie et qui parfois augmentent d’une année à l’autre de 50, voire 100%. Par ailleurs, on peut penser que si aucune solution n’était trouvée, la grande majorité des frontaliers iraient donc bien à la CMU, et de fait l’organisme française ne récupérerait plus seulement les personnes en mauvaise santé (ce qui est la cas aujourd’hui, les personnes en mauvaise santé n’étant pas acceptées par la majeur partie des caisses, et ces personnes s’inscrivent en général à la CMU qui se retrouve alors avec un déficit important entre les cotisations et les dépenses), ce qui devrait avoir pour effet de réduire le montant des primes (du moins peut-on l’espérer).

Signez la pétition et maintenez le régime privé d’assurance frontalier

Pour défendre vos droits, le Groupement transfrontalier européen, l’association qui défend les travailleurs frontaliers et forte de 34 000 adhérents, propose de signer une pétition : plus vous serez nombreux à la signer, plus nous pourrons faire pression. Je vous invite donc à télécharger la pétition pour l’assurance santé frontalier, à l’imprimer, à la diffuser et la retourner à l’association.

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Je partage mon temps entre Travailler-en-Suisse.ch et b-Sharpe.com, pour qui je gère le Digital. Suivez-moi sur LinkedIn, Facebook, @Expatwire. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

17 réflexions sur “Assurance santé frontalier : défendez vos droits et signez la pétition”

  1. M. Talerman,
    Je trouve scandaleux que vous viviez au dépens des habitants de Suisse en faisant toute cette publicité pour .venir travailler en Suisse tout en restant en France. La plupart des entreprises genevoises sont maintenant sinistrées avec tous ces petits chefs français qui ont importés leurs compatriotes mais aussi toute cette atmosphère basée sur la peur qui caractérise vos entreprises françaises. Quel est l’intérêt de venir chez nous si c’est la même ambiance déplorable que chez vous? Ah oui, le fric. Pensez-vous que cela est vraiment sain?

    Le fric, le fric toujours le fric… Ces employés frontaliers payés plus qu’un petit patron français ne devraient pas participer à l’effort de solidarité entre générations de votre propre pays. Monsieur Taleman, vous n’avez donc aucune pudeur? Le beurre, l’argent du beurre, la crémière et puis quoi encore?

    Avec le finances de votre sécu., je ne pense pas que votre pétition passera. Mais si tel n’était pas le cas, n’avez vous pas peur de jeter de l’huile sur le feu sur les relations suisses-frontaliers voire même frontaliers-français non frontaliers? M. Talerman, vous devriez avoir honte.
    Salutations,
    Coral

    1. Bonjour,

      Juste une question : en quoi le fait de défendre un système d’assurance santé, financé à 100% par des fonds publics, peut-il poser problème aux Suisses ?
      Par ailleurs, vous avez l’air de dire que les frontaliers ont des avantages : certes, par rapport à certains, mais on oublie un peu vite tous les inconvénients. Rien que l’aspect financier : aujourd’hui les frontaliers sont certes avantagés par le cours de change, mais je n’entends personne pour me dire qu’en 2004, c’était l’inverse ! Bref, tout ceci, toute cette rhétorique, toutes ces jalousies me semblent vraiment hors de propos.

    2. oups
      Je suis suisse mes grands parents étaient suisses et fermiers sur le pays de gex ..il est ou le problème .. nous avons toujours vécus ici .. en france comme frontaliers.. ça vous gêne en quoi
      c est juste de la xénophobie
      faites vous vos courses en france — à Leclerc Carrefour
      les choses changent et s inversent ..
      il est ou le problème

  2. Bonjour

    J’ai bien lu vos commentaires et le probleme c’est que vous ne vous rendez meme pas compte que l’etat prend tout notre argent petit a petit car les dettes s’accumulent de jour en jour, car le principe du system et que les riche gagnent toujours plus et que les pauvres s’appauvrissent toujours plus, parlons en de la suisse, les prix sont encore pus eleve qu’en france, ouvrez les yeux le fait est que tout augmente en france comme en suisse!! Nos parents, nos grand-parent si il sont encore de ce monde, on de plus en plus de difficultes a payer les factures, les course, l’essence, bref le quotidien
    !!!! Si l’etat propose la CMU c’est pour gagner encore plus sur notre dos, un petit exemple croyez le ou non, mais si l’on rembourserait toute les dettes des pays il n’y aurait plus du tout d’argent qui circulerait!!! Alors imaginer vous ou l’on en est!!! En resumer que ce soit suisse ou francais on est tous dans la meme merde, seulement en france nous avons la chance d’avoir la suisse pour esperer pouvoir avoir une retraite correcte et encore on verra d’ici l’age de la retraite, si d’autre pourriture auront encore pas trouver autre chose pour nous soutirer de l’argent, en suisse comme en france, le system c’est eux qui l’on instaurer!!!! Posez vous les bonnes questions pourquoi la misere augmente de plus en plus, certaines personne ne peuvent meme plus allumer le chauffage l’hiver car il n’on pas de quoi payer leur facture, il vivent avec 10· voir moins dans leur propre maison, est ce logique alors que l’on bosse pour payer notre chauffage, de plus en plus de gens sont a decouvert toutes les fin de mois, pas parce qu’il ont fait flamber la carte bleu pour se faire plaisir, non juste il ont payer toutes leurs facture du mois ainsi que de quoi manger, et pouvoir pyer de l’essence pour ce deplacer au travail!!!!!! honnetement, vous ne trouvez pas qu’il y a comme une erreur dans le quotidien????? Et en toute sinceriter si vous auriez eu la chance de pouvoir ameliorer votre quotidien la suisse seriez-vous restez pour galerer ou seriez vous partit dans un le pays a coter en sachant que cela est une opportuniter pour vous et votre avenir familiale?????

  3. Coral

    salut, je ne sis ce que tu exerce comme metier, mais en tout cas pour beaucoup de gens dans ce monde, c’est la misere, et pour certains beaucoup plus que d’autre, je ne t’apprend rien, quant a monsieur talerman il n’a pas a avoir honte, je ne sais si tuaime le foot mais rends toi compte de ce qu’il gagne par mois, sans etre frontalier!!!! Une paye a laquelle ont pourra toujours rever a part si par miracle on gagnait au loto!!!! Excuse moi mais tu es dans le meme system que nous et je suis sur que tu te rend compte que le probleme principale ce n’est pas les petits chefs francais comme tu dis qui gagne l’argent que tu depense tout les mois pour tes impots ou peu importe mais bien l’etat!!!!!! Le fait que nous petits chefs francais frontalier on essai de s’en sortir pour ne pas galerer comme nos parents, et personnelement j’aimerais pouvoir donner le meilleurs a mes futurs enfants sans qu’il connaissent ce que l’on a connu mon homme et moi meme!!!! L’argent ne fait pas le bonheur mais notre bienveillants gourvernement c’est bien donner la peine d’arranger un system qui n’avantage personne a part eux j’ai pas raison??????

  4. M Talerman,

    Je comprends les motivations (pécuniaires) des frontaliers mais au dela du refus de céder un acquis, ce qui est humain, pourriez vous développer les justifications d’une petition en vous appuyant sur ma demonstration ci dessous.

    Le principe d’une assurance quelle qu’elle soit peut être décrit comme suit:
    un groupe choisit de mettre en commun une ressource de manière à pouvoir répondre collectivement à un évênement. C’est une forme de solidarité.
    Aujourd’hui en adherant à des caisses privées et non à la CMU, les frontaliers paient cette assurance moins chère qu’un salarié de France.
    La principale raison à ce coût réduit est que, comme le souligne l’article ci-dessus, les personnes à la santé précaires sont rejetés.
    Le frontalier, en intégrant un groupe de « bien portants », choisit également de ne pas être solidaire des salariés de France.
    Ce choix est d’autant plus discutable que ce même frontalier en cas de longue maladie ou de chomâge pourra bénéficier de la CMU et donc de la solidarité de ses compatriotes.

    Pour résumer une position qui me semble juste:
    -alignement des cotisations des frontaliers sur celles des salariés de France
    -déduction des cotisations payées en Suisse
    -déduction des revenus de l’intégralité des cotisations

    Cordialement

    1. Bonjour Denis,

      Il manque dans votre approche un élément important : la CMU est une assurance qui se calcule à partir du revenu net fiscal, sur la base de 8% moins un abattement. Ce montant représentera une charge au final beaucoup plus chère pour tous, mais surtout pour les personnes qui ont les revenus les plus modestes. Pour celles-ci, la CMU sera déjà chère, et il est fort peu probable qu’elles prennent une complémentaire. En clair, elles ne seront pas couvertes correctement en cas de maladie, ce qui, dans le cas du système actuel, ne peut pas être aussi prononcé étant donné qu’il s’agit d’une assurance au 1er euro (correspondant au régime général de la Sécu et à une complémentaire).
      A l’inverse, les foyers qui pourront, par différents moyens, faire baisser leur impôt (défiscalisation…), seront avantagés et ne paieront pas de CMU ou une CMU faible.
      Bref, une couverture à 2 vitesses en vue…
      Estimez votre prime CMU pour frontaliers en Suisse.

      1. Cher David,

        Il m’apparait aussi de manière claire que les cotisations des frontaliers augmenteront considérablement.

        Comprenez moi bien: je cherche ici a reconcilier un intérêt de frontalier et une conscience de citoyen français.

        Les inégalités que vous décrivez sont indiscutables mais elles existent pour tout les salariés de France.
        J’ajouterais même que le frontalier gardera un avantage: il pourra défiscaliser avant le calcul de sa costisation.

        Le système actuel a permis aux frontraliers de s’assurer à peu de frais mais ce système n’est viable que parce qu’il exclut les chômeurs, les retraités et les maladies chroniques.
        Pire encore ce système augmente les cotisations des salariés de France en privant leur caisse des cotisations des frontaliers bien-portants.

  5. On annone la CMU obligatoire pour le 1er janvier 2013 ! Merci de prévenir et surtout d’avoir pris le temps discuter avant d’imposer !

    Le prélèvement sécu en France c’est 13,55% je crois, mais seulement 0.75 % est à la charge de l’employé non ? Le reste est payé par l’employeur.

    Ensuite, hormis toute considération financière, comment cela va se passer pour les gens qui ont des traitements en Suisse dès le 1er janvier 2013, ils ne seront plus remboursés et devront en urgence trouver une solution en France ?
    Ceux qui ont leur(s) médecin(s) en Suisse depuis des années vont devoir tout changer après avoir passé des années à créer un relation de confiance avec le médecin ?

    Les médecins en France – en tout cas dans la région – sont débordés, 6 mois à un an pour voir un dermato ou un ophtalmo.
    Sans compter qu’en Suisse, le médecin a le temps de vous écouter, alors qu’en France, il doit vous expédier en 15 minutes chrono s’il veut pouvoir « tourner » financièrement.

    Alors laissez aux frontaliers au moins le choix de leurs soins.
    Mais là, comme c’est parti, il va falloir faire vite si on veut s’assurer en Suisse – résilier sa frontalière privée et prendre une Lamal avant le 1er janvier 2013.

    Tiens, moi ! Rien que par principe – parce que je me sens pris au piège – j’irais en Suisse et la CMU ne verra pas un centime.

    Petite réflexion au passage ? Comment ces assurances privées arrivent elles à être aussi performantes par rapport à la sécu, CMU ou LaMal ? Messieurs les dirigeants, peut-être avez-vous beaucoup à apprendre.

    A bon entendeur,.

    1. Réponse sur la performance des assurances privées : ils ne couvrent plus, une fois arrivé a la retraite…une fois que nous sommes plus âgé et commençons a avoir des maladies malheureusement lourdes..
      Pour être honnête et égalitaire, il fraudait un contrat qui couvre tout au long de notre vie..et là le prix serais a peut prés 4 fois celui payé actuellement.

      j’ai choisi, le jour ou ma femme a arrêté de travailler, le régime de la CMU et je paye 4800 euro par an pour couvrir ma famille de 4 personnes
      Avec les soucis de santé de ma femme, l’assurance privée a demandé 5600 euro… et oui les assurances ne sont pas des philanthropes…

      Concernant les soins en suisse, car pour trouver un ophtalmo en France, bonjour, cela me coûte 4x 180 chf par an.. par rapport au 2000 chf de franchise de la lamal…

      il faut participer a la solidarité, mais a quel prix ?

  6. Est-ce qu’il y aura une solution à ce problème ?

    Tant que les gens éliront des gouvernements d incapable qui n ont pas compris qu il n était pas possible de valider des budgets négatifs. personne ne pourra rien faire. ils ont tout les pouvoirs et applique pour le pays ce que toute personne avec un cerveau en état de fonctionnement ne ferait pas.

    Grèce, est bientôt disparue,
    Les état unis devrait l ‘être depuis des années.
    L Espagne prévoit une dette publique de plus de 90% de son PIB pour 2013,
    les 3 principaux, mais c’est pas pour cela que les autres vont mieux.

    Du coup on vient chercher l argent ou il est, chez les gens qui ont construit un système social, construit un pays propre qui se gère et prenant en compte le peuple.

    Vaut mieux que les frontaliers se mettent tous aux chômage et fasse comme les autres pariats du peuple français qui sont à la sécu et abuse du système.

    Une solution sera très simple pour les frontaliers pour ne pas payé la sécu. ne déclarer pas vos revenus de Suisse et dites simplement au gouvernement français que vous exercer le plus vieux métiers du monde et ne gagner que 15000 euro annuel.

    Ca pourrait être drôle qu il y aie 35000 prostituées de plus en une année à la frontière avec Genève. à sec et sans vaseline, c’est ça que veut le nouveau gouvernement.

    Faut faire comme le gouvernement, se voiler la face et tricher.

  7. Si on me force a adherez a la CMU …. neh bien je ferais en sorte que le securite sociale ne gagne pas d argent sur mon Dos…..
    Tous les samedi j irais chez le medecin….
    1 fois par mois j irais chez 1 medecin sur mon lieu de travaille…….En effet c est 1 droit europeen de pouvoir aller voir 1 medecin sur son lieu de travaille a 180 francs suisse la consultation croyez moi….il nne gagnerons RIEN …..Alors si tous le monde fait la meme chose ,……, c’est plutot de l argent qu ils vont perdre

    Vive la liberte de choix…..
    La liberte c est l etat francais qui nous en prive….Dans les Urnes on s’en souviendra

    1. Tout à fait d’accord avec toi talis, je ne serais pas le seul perdant dans cette histoire.
      Il faut que le bilan de cette opération soit le moins positif possible pour eux, sans compter qu’à ça il faudra ajouter la perte de pouvoir d’achat qui va entrainer une baisse de la consommation, donc un réel problème pour certains secteurs comme la restauration ou l’immobilier et tout ce qui concerne les loisirs. Plusieurs personnes et moi y compris vont retarder ou repenser certains projets de travaux dans la maison, un manque à gagner pour les entreprises du bâtiment. Sans oublier l’automobile, bref c’est toute une économie qui va être fragilisée avec toutes les retombée que ça implique, moins de retour sur la TVA sur les charges patronales, et du chômage en plus.
      Contrairement à ce qu’on peut penser je suis tout à fait pour une mutualisation de la santé, je suis en bonne forme et mes enfants aussi, mais avec un peu moins de chance et des problèmes j’apprécierai avoir accès à des soins coûteux. Le souci c’est qu’un salarié français qui gagne plus que moi et il y en à beaucoup, ne sera prélevé qu’a hauteur de 0.75% le reste étant à la charge de son patron. Pour ma part en tant que frontalier en veut me prendre 8 à 13.5% sachant que la perte de mon salaire lié à une maladie ou un à accident est pris en charge par l’assurance de mon employeur. Les deux systèmes se chevauchent, il faudrait alors que la cmu prenne tout en charge même la perte de salaire et que l’employeur suisse nous reverse sur notre paye la somme qu’il donne pour nous assuré. Il serait plus logique bien qu’impossible et je ne suis pas sûre que se soit à l’avantage de la secu de prendre en charge les salaires suisse. De plus le système suisse d’assurance privé pour le patron à comme résultat un taux d’absentéisme plus faible qu’en France .
      Alors c’est qui, qui veut le beurre , l’argent du beurre et la crémière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eurex Suisse
Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page