Accueil » Travailler » Recrutement des jeunes universitaires en Suisse : 8 chiffres importants à connaître absolument

Recrutement des jeunes universitaires en Suisse : 8 chiffres importants à connaître absolument

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents
    Nos solutions pour travailler en Suisse

    Publicité

    staufenbiel-suisse-2016

    On connaissait la bonne santé du marché du travail en Suisse en comparaison d’autres pays d’Europe. On sait à présent, grâce à une étude réalisée par l’institut allemand Staufenbiel, que les jeunes universitaires en Suisse sont les jeunes diplômés qui ont non seulement les meilleures conditions de salaires, mais également d’excellentes chances de se faire recruter. Pour vous en convaincre, voici quelques chiffes très intéressants issus de l’enquête Staufenbiel Job Trends 2016, enquête qui donne par ailleurs des indications très intéressantes sur les méthodes de recrutement des entreprises suisses. Si vous êtes germanophone et que vous recherchez un emploi en Suisse, nous vous conseillons d’ailleurs vivement de scruter les résultats de cette étude.

    #1. Un salaire de plus de CHF 80’000.- par an

    CHF 80’000.-, soit un peu de plus de CHF 6’600.- par mois, c’est le salaire de départ proposé par 58% des entreprises suisses aux jeunes diplômés issus des universités. On n’observe dans aucun autre pays d’Europe de telles conditions de salaires pour cette catégorie de salariés. Ce salaire est supérieur au salaire moyen en Suisse, qui est d’environ CHF 6’200.- par mois. Globalement, la grande majorité des salaires à l’embauche des jeunes universitaires se situent entre CHF 80’000.- et un peu moins de CHF 95’000.- L’étude indique qu’en comparaison, les salaires en Allemagne de la même catégorie de salariés se situent entre CHF 43’500.- et CHF 54’500.- (EUR 40’000.- et EUR 50’000.-).

    #2. 3% des entreprises proposent des salaires de plus de CHF 100’000.- par an

    C’est anecdotique mais intéressant : 3% des entreprises proposent tout de même des salaires de CHF 100’000.- et plus aux jeunes universitaires. Ce montant est, dans les statistiques fédérales, considéré comme le salaire moyen d’un cadre en Suisse.

    #3. 69% des jeunes universitaires bénéficient d’un système de bonus ou de primes

    Les jeunes diplômés l’ont bien compris : rien de tel qu’un bon bonus pour augmenter son pouvoir d’achat. Le bonus, qui est plus courant dans certains secteurs que dans d’autres (par exemple, dans le secteur bancaire et financier il est souvent incontournable comme élément de rémunération), et en général plus répandu dans les grandes structures que dans les petites, fait partie des éléments de rémunération proposés par les entreprises suisses aux jeunes universitaires. Un autre résultat, plus surprenant celui-ci : 19% des jeunes diplômés universitaires sont intéressés aux bénéfices de l’entreprise, un peu comme le modèle des associés dans les grands cabinets d’avocat.

    #4. 65% des entreprises préfèrent que les candidats envoient leur dossier complet par e-mail

    Ce résultat n’est pas forcément étonnant, mais vient renforcer certaines croyances : la majorité des entreprises apprécient que le candidat transmette son dossier complet par e-mail. L’étude relève toutefois une information très surprenante : 36% des recruteurs apprécient une candidature envoyée par la Poste. Un chiffre qui ferait très probablement bondir les recruteurs nord-américains.

    #5. 29% des candidats ont eu des études de cas pour leur phase de recrutement

    En Suisse, on est concret et pragmatique : cela se ressent visiblement jusque dans le recrutement, car près de 30% des candidats ont eu à gérer pendant leur phase de recrutement une étude de cas, et 23% des ateliers. Autres chiffres intéressants : 83% des candidats ont eu des entretiens avec des spécialistes métiers et RH (ce qui signifie tout de même que 17% n’en ont pas eu !), et 17% ont eu des entretiens Skype ou vidéo.

    #6. 9% des entreprises suisses vérifient le profil de leurs candidats sur les réseaux sociaux

    Nous qui pensions, chez Travailler-en-Suisse.ch, que tout le monde avait le réflexe de « google-iser » chaque personne avec qui on était en contact dans le cadre d’un recrutement… Nous nous sommes visiblement bien trompés, car les entreprises suisses ne sont que 9% à simplement vérifier le profil d’un candidat sur les réseaux sociaux. Ce chiffre est clairement la très grosse surprise de cette étude.

    #7. Les profils les plus recherchés parmi les candidats universitaires, sont, pour 36% d’entre-eux, des… économistes !

    L’autre très grosses surprise de l’étude concerne le profil des candidats recherchés : sur les 100’000 jeunes universitaires qui vont être recrutés en 2016, 36% sont des économistes, 24% des ingénieurs, et 16% des informaticiens. A la pénurie d’ingénieurs et d’informaticiens en Suisse, on pourrait donc peut-être ajouter celle des économistes.

    #8. Le réseau social le plus utilisé par les entreprises suisses est Xing

    On le sait bien : Xing est très développé en Suisse alémanique, beaucoup moins en Suisse romande et au Tessin, ce qui expliquerait cette statistique. Facebook et Linkedin viennent en 2ème position, à égalit avec 66%, suivi par Twitter et YouTube, chacun à 26%. Si vous voulez postuler en Suisse alémanique, vous savez sur quel réseau social vous devez absolument vous inscrire. Non, la bête Xing n’est pas encore morte, même si LinkedIn reste très majoritairement devant Xing en Suisse romande (ce n’est pas l’étude qui le dit, c’est nous qui l’affirmons).

    Nous serions très intéressés de connaître votre feedback sur ces chiffres et cette étude que nous jugeons très intéressants.

    source

    crédit photo : Staufenbiel

    Rubrique

    David Talerman

    Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Suivez-moi sur Instagram, LinkedIn, Facebook. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

    1 réflexion sur “Recrutement des jeunes universitaires en Suisse : 8 chiffres importants à connaître absolument”

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Eurex Suisse
    Scala Wells

    Sponsors

    Retour haut de page