Accueil » Actualité en Suisse » Banques et assurances en Suisse : les chiffres clés du secteur

Banques et assurances en Suisse : les chiffres clés du secteur

Nos solutions pour travailler en Suisse

Publicité

Ceux qui veulent travailler en Suisse dans le secteur de la banque et de l’assurance, et notamment à Genève où ces services sont très développés, trouveront dans la nouvelle publication du secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI) des informations très utiles.

Dans le cadre d’une recherche d’emploi, il est en effet indispensable de connaître un certain nombre de chiffres clés du secteur, en particulier lorsqu’on est étranger et qu’on ne connait pas forcément le pays.

 

Nombre d’employés dans les banques et les assurances en Suisse

On sait que les grandes banques comme l’UBS et le Crédit Suisse ont licencié en Suisse de manière significative entre fin 2008 et 2009, et que l’UBS a du mal à se redresser sur le plan économique. On sait aussi que la place financière à Genève est en phase de réorganisation, notamment pour contrer la fin du secret bancaire en Suisse.

On sait également que les autres établissements, comme les banques cantonales (Banque cantonale de Genève, Banque cantonale vaudoise par exemple), PostFinance ou Raiffeisen ont pour leur part continué à se développer de manière importante pendant les périodes difficiles de 2009 , en augmentant ou maintenant leurs effectifs, et en ayant des résultats très positifs. D’après les chiffres officiels, il semblerait qu’à la fin de 2009, le secteur n’ait pas autant souffert que cela puisque le nombre d’emplois du secteur a augmenté en 2009 :

Nombre de postes de travail (équivalent plein temps) à fin 2009 :

– Banques : 123 000

– Assurances : 48 300

– Activités auxiliaires (interméditation financière) : 28 600

Au total, le secteur de la banque et de l’assurance en Suisse représente 6% de l’emploi total et embauche près de 200 000 personnes. Chez Travailler-en-Suisse.ch,  nous vous annoncions il y a quelques semaines la reprise forte du recrutement des établissements financiers . Ce secteur propose donc toujours d’exccellentes opportunités d’emplois, notamment pour les étrangers (frontaliers, expatriés ou détéchés) qui veulent travailler en Suisse.

 

Poids des banques et assurances dans l’économie suisse

L’étude
montre que la création de valeur, indiquée en pourcentage du PIB (Produit Intérieur Brut) de la Suisse, est de 10,7% en 2009. Ce chiffre
est en baisse assez nette par rapport aux années précédentes (il était de 11,6% en 2008 et 12,9% en 2008), résultat probable du « trou d’air » économique qu’a connu le pays, et de l’affaire UBS qui a probablement impacté de manière significative les chiffres, la banque ayant un poids très important dans le secteur, que ce soit dans la création de valeur ou dans les emplois.

Les entreprises financières ont un poids plus important dans la création de valeur que les entreprises du secteur des assurances (plus de 35,8 milliards de francs suisses de création de valeur, contre un peu plus de 21 milliards pour les assurances).

 

Les recettes fiscales générées par les employés et les entreprises du secteur bancaire et financier

L’étude montre un résultat intéressant, les recettes fiscales générées par les acteurs du secteur.

En particulier, ce sont les personnes physiques qui rapportent le plus d’argent à l’état avec des bénéfices fiscaux de près de 4 milliards de francs suisses. Rapporté au  nombre d’emplois du secteur, on a donc un impôt moyen de près de 20 000 francs suisses. Ce calcul est à prendre avec précaution, car les salaires du secteur sont très variables, les dirigeants et cadres supérieurs ayant notamment de très fortes rémunération, notamment si on y ajoute le salaire variable de type de bonus.

Les entreprises rapportent pour leur part à l’état suisse en impôt 1,1 milliards de francs suisses. Enfin, il est intéressant de noter que  bien qu’ayant moins d’employés et d’entreprises par rapport aux établissements bancaires, les acteurs des assurances, personnes physiques et morales, rapportent autant en impôt à l’État que les acteurs des assurances. Le détail des chiffres fournis par l’étude ne permet pas de dire si ce sont les employés du secteur qui sont le mieux payés ou les entreprises qui sont plus rentables.

Les banques et les assurances suisses : de gros exportateurs

Les banques, et dans une moindre mesure les assurances, sont de gros exportateurs se services financiers : au total, les exportations nettes ont représenté en 2008 plus de 24 milliards de francs suisses. L’étude ne fournit pas les chiffres pour l’année 2009.

Les différents types de banque en Suisse

L’étude montre également la répartition des différents établissements et indique le nombre de banques privées, de banques cantonales, de succursales de banques étrangères … Vous pouvez retrouver cette répartition sur l’un de nos articles faisant l’état des lieux du secteur bancaire suisse à fin 2009 (les chiffres sont toujours d’actualité).

L’étude propose de nombreux autres résultats que vous pouvez consulter directement dans l’étude du SFI : Chiffres clés de la place financière suisse (pdf)

News – 21 juillet 2010

David Talerman

Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Je partage mon temps entre Travailler-en-Suisse.ch et b-Sharpe.com, pour qui je gère le Digital. Suivez-moi sur LinkedIn, Facebook, @Expatwire. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

2 réflexions sur “Banques et assurances en Suisse : les chiffres clés du secteur”

    1. Bonojur Eric,
      Il faut lire jusqu’au bout : la source vient du SFI (Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales, un organe officiel), et l’article a été rédigé en 2010, sur la base de chiffres 2009… Ce qui explique les décalages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eurex Suisse
Scala Wells

Sponsors

Retour haut de page