Accueil » Travailler » 30 conseils pratiques à mettre en place immédiatement pour votre recherche d’emploi en Suisse

30 conseils pratiques à mettre en place immédiatement pour votre recherche d’emploi en Suisse

Sommaire
    Add a header to begin generating the table of contents
    Nos solutions pour travailler en Suisse

    Publicité

    « Comment faire pour travailler en Suisse ? Comment trouver un emploi en Suisse ? Comment s’organiser pour sa recherche d’emploi? » sont probablement les questions qu’on nous pose le plus souvent sur ce site.
    Pour y répondre, dans cet article, nous allons partager avec vous 30 conseils relativement simples que vous pouvez mettre en œuvre quasi immédiatement.
    Ces conseils sont ceux que nous donnons régulièrement sur nos sites et aux personnes que nous accompagnons dans leur démarche de recherche d’un job sur le marché du travail suisse. C’est un condensé de bon sens et d’expérience à utiliser sans modération.

    1. Ne faites pas savoir à la terre entière que vous êtes en recherche d’emploi

    Indiquer sur son profil Linkedin ou sur votre CV que vous êtes « disponible » ou « en recherche de nouveaux défis », reviendrait dans la vie réelle à se promener en ville avec une grosse pancarte « je suis chômeur » autour du cou. Je ne sais pas pour vous, mais nous, nous ne trouvons pas ça très vendeur. Alors, bannissez tout de suite ces termes, et indiquez plutôt quel professionnel vous êtes, simplement.

    2. Faites savoir que vous êtes en recherche d’emploi

    Les esprits vifs auront remarqué que nous disons ici l’inverse du conseil précédent. En fait, il est important de communiquer que vous êtes en recherche d’opportunités professionnelles, mais à certaines personnes de votre réseau. Le réseau, c’est probablement votre meilleure assurance chômage, le moyen le plus efficace qui va vous permettre de (re)trouver un emploi. Concrètement, si dans son réseautage il ne faut jamais dire qu’on recherche un job, il faut toutefois que vos interlocuteurs comprennent parfaitement 2 choses : le professionnel que vous êtes, et ce que vous recherchez (des informations sur une société, sur un secteur, un métier, etc…).

    3. Prenez conscience des différences culturelles entre la Suisse et la France (ou votre pays d’origine)

    Cela vous étonnera peut-être, mais c’est probablement le conseil le plus difficile à mettre en œuvre : prendre conscience des différences culturelles entre votre pays et la Suisse. En effet, si vous recherchez un emploi depuis l’étranger, vous serez rapidement confronté à ces différences culturelles, très fortes entre la Suisse et la France notamment. Quand on sait que la culture suisse est à certains égards proche de la culture japonaise, on comprend mieux le fossé qui peut culturellement séparer un Français ou un Allemand d’un Suisse. Il est en tous les cas très important d’en avoir conscience et d’adapter son comportement en conséquence. Pour cela, ce billet devrait déjà au moins vous indiquer ce qu’il ne faut surtout pas faire.

    4. Changez votre état d’esprit si vous êtes chômeur

    Nous estimons que la situation de chômage a des impacts psychologiques qu’on n’évalue pas toujours à leur juste valeur, puisque précisément c’est une situation où on se sent en général dévalorisé. Pensez simplement à une chose : les personnes qui n’ont jamais été au chômage sont rares, et celles qui ne le seront pas à l’avenir sont encore plus rares. En clair, cela fait aujourd’hui partie de la vie professionnelle, c’est une étape, mais cela ne doit pas être une épreuve. Se dévaloriser, c’est la double peine.

    5. Prenez conscience que votre pire ennemi, c’est vous

    Dans l’Histoire, les systèmes les plus solides ont tous été démontés ou détruits de l’intérieur. Comme on a coutume de le dire, l’ennemi vient de l’intérieur. Dans votre cas, l’ennemi, c’est vous-même. Alors, épargnez-vous au moins ça, soyez votre meilleur sponsor, votre meilleur fan, relevez la tête et dites-vous que si vous-même vous ne vous recruteriez pas, comment voulez-vous qu’un employeur le fasse ?

    6. Évacuez les mauvais prétextes

    Dans des situations de difficulté, l’être humain a une tendance naturelle a estimer que le problème vient forcément de l’extérieur : trop vieux, trop jeune, secteur en difficulté, frontalier, étranger… Vous allez évidemment trouver toutes les raisons qui expliquent votre difficulté à trouver un emploi, car forcément, cela ne peut pas être vous. La réalité est plus complexe et composée de plusieurs éléments : il y a une part de facteurs extérieurs que vous ne maîtrisez pas et qui vous rendront la tâche plus difficile (par exemple un secteur en difficulté au niveau national), mais aussi beaucoup de facteurs qui dépendent de vous, et vous seul. Alors comme les facteurs extérieurs ne dépendent en général pas de vous, nous vous conseillons de vous concentrer sur ce que vous maîtrisez totalement : vous !

    7. Prenez conscience que les recruteurs ne veulent qu’une chose : trouver le bon candidat

    C’est une autre évidence qui échappe à beaucoup de candidats : les recruteurs ont tout intérêt à trouver le bon candidat. Donc, en clair, votre objectif et celui de la plupart des recruteurs sont exactement les mêmes ! C’est plutôt une excellente nouvelle, à condition que vous fassiez ce qu’il faut pour que le recruteur juge que vous êtes effectivement le bon candidat (et là, ce sont les 29 autres points de ce billet qu’il faut appliquer).

    8. Dans votre recherche d’emploi en Suisse, adoptez la culture du résultat

    Beaucoup de candidats se réfugient, consciemment ou inconsciemment, derrière une certaine obligation de moyens, et écrivent à outrance des candidatures spontanées ou répondent à des annonces sans forcément se demander si c’est le moyen le plus efficace de trouver un emploi en Suisse. Le schéma psychologique est le suivant « Puisque vous répondez à des annonces, cela matérialise bien votre recherche d’emploi, et ça vous rassure, car vous avez le sentiment de faire quelque chose ». En réalité, la réponse à des annonces est probablement le moyen le plus difficile de trouver un emploi, car il vous met en compétition avec des milliers de candidats potentiels. C’est la logique de l’entonnoir. S’il faut effectivement répondre à des annonces, cela ne doit pas représenter le plus gros ni le principal effort de votre recherche d’emploi en Suisse…

    9. Évaluez l’efficacité de votre CV

    À l’ère du digital, le CV a encore de beaux jours devant lui. Il reste encore maintenant un document indispensable, que la plupart des recruteurs vous réclameront. Le fait est que beaucoup de candidats ont des CV qui sont soit inefficaces sur le plan de la communication, soit inadaptés, au marché suisse (les recruteurs en Suisse recherchent un niveau d’informations dans le CV qui est en général plus important que dans d’autres pays, ce qui a évidemment un impact sur sa structure et sur la manière de le construire), soit le deux. Vous pouvez consulter notre rubrique CV en Suisse pour plus de détails, car il est important que vous soyez sûr de l’efficacité de ce document indispensable dans une recherche d’emploi en Suisse.

    10. Relisez vos certificats

    Nous parlons ici des certificats en Suisse. Ce sont des documents très importants dans le processus de recrutement, et il est important de savoir quel est le degré de fiabilité de vos certificats. Contrairement à ce qu’on dit, les certificats ne sont pas codés, mais plutôt normés : cela signifie que les termes utilisés dans ces certificats répondent à des règles spécifiques que les professionnels RH comprennent, et qui pour autant échappent en général aux employés. Pour savoir où vous en êtes par rapport à vos certificats, consultez ce billet « Certificat de travail en Suisse : 10 choses à savoir absolument »

    11. Mettez à jour votre profil Linkedin

    Si vous êtes étranger, oubliez Viadeo qui ne sert à rien pour la Suisse, et investissez du temps dans Linkedin si vous recherchez un emploi en Suisse romande, et Linkedin et Xing si vous recherchez un job en Suisse alémanique. Si vous avez déjà un profil, mettez le à jour, assurez-vous qu’il est attrayant. En particulier, soignez votre photo, insérerez des présentations de votre travail, des articles, etc… Bref, donnez vie à votre profil Linkedin, sans oublier que les recruteurs vont avant tout rechercher des mots-clés spécifiques… qui doivent se trouver dans votre profil. Pour vous aider dans cette tâche, vous pouvez télécharger notre présentation « 8 conseils de pro pour utiliser Linkedin dans sa recherche d’emploi ».

    12. Vérifiez votre e-réputation

    Qui aujourd’hui n’a pas de compte Facebook ? Qui n’est pas actif sur les réseaux sociaux ? Peu de monde. Alors comme les recruteurs suisses sont de plus en plus nombreux à consulter les réseaux sociaux pour voir ce qui se dit sur un candidat, il est recommandé de faire « le ménage » avant… Depuis plusieurs années, le conseil que nous donnons est le suivant : un recruteur ne doit jamais pouvoir faire le rapprochement entre votre nom et vos photos. En clair, il faut éviter de se faire taguer sur les réseaux sociaux comme Facebook, et avoir un ou plusieurs comptes personnels qui ne mentionnent jamais votre nom… Voici un outil (en anglais) pour vérifier votre e-réputation sur le Web.

    13. Soyez au clair sur votre USP

    L’USP c’est ce qui vous différencie des autres candidats. Si vous pensez qu’il n’y a rien qui vous différencie des autres, alors autant aller vous pendre tout de suite. Plus sérieusement, nous avons tous quelque chose de spécifique, et ces différences sont plus ou moins accentuées et nombreuses selon les candidats et leur technicité. Prendre conscience de ces différences, c’est déjà faire un travail sur soi que finalement peu de candidats font. Et un vendeur qui connaît bien son produit a en général plus de facilités à le vendre… Surtout, cet USP vous permettra de plus facilement créer votre « pitch elevator ».

    14. Préparez votre pitch elevator

    Un « pitch elevator », c’est une présentation très courte qui doit donner en très peu de temps une idée précise du professionnel que vous êtes, et ce que vous recherchez (la notion de « pitch elevator » renvoie à la notion de temps passé dans un ascenseur, période pendant laquelle vous êtes capable de vous présenter à une personne qui ne vous connaît pas). Il faut préparer ce pitch, l’apprendre par coeur, et être capable de le ressortir au bon moment. Le fait d’être clair sur vos USP vous aidera dans la construction de ce pitch.

    15. Ne soyez pas trop présent, et pas partout

    Les grandes marques internationales comme Apple ou Nike l’ont toutes fait à un moment donné : lorsqu’elles veulent vendre des produits qu’elles estiment de qualité, elles organisent la pénurie, et font en sorte que leur produit ne se trouve pas partout. C’est la même chose pour la recherche d’un emploi : si on vous trouve partout, sur les principaux réseaux sociaux, que vous répondez à trop d’annonces et êtes trop présent chez les recruteurs notamment, cela peut être contre-productif et renvoyer un message d’urgence qui n’est jamais bon quand on recherche un emploi. Ce conseil s’adresse principalement aux personnes qui ont des fonctions de cadre ou des spécialistes.

    16. Prenez contact avec les cabinets de recrutement spécialisés dans votre métier ou secteur

    Si vous êtes un spécialiste et que vous n’avez pas encore contacté un cabinet de recrutement alors vous avez peut-être perdu pas mal de temps. En effet, les cabinets sérieux connaissent en général plutôt bien leurs secteurs et leurs clients, et peuvent vous donner le ton de l’emploi localement. La difficulté réside ici dans le choix du cabinet, et dans le nombre de cabinets à contacter. Concernant le choix, les représentants de la profession sont nombreux, et malheureusement pas toujours sérieux. Le bouche-à-oreille est probablement votre meilleur allier dans ce choix. Quant au nombre, il vaut mieux privilégier la qualité à la quantité. 2 ou 3 cabinets de recrutement différents nous semblent un maximum. Voici une idée de quelques cabinets de recrutement jugés sérieux à travers un article qui dénonce les travers de la profession.

    17. Prenez contact avec des professionnels qui font en Suisse le même métier que vous

    Linkedin, c’est le cheval de Troie qui va vous permettre de rentrer dans les entreprises suisses avant même d’y être recruté. C’est un outil exceptionnel, qui est exceptionnellement sous-exploité par la très grande majorité des personnes qui recherchent un emploi. Linkedin vous permet notamment d’identifier n’importe qui sur la base de son métier : votre objectif à court terme consiste donc à retrouver les professionnels qui font le même métier que vous, ou des métiers proches, afin d’établir un lien. Une fois ce lien établi, vous pourrez ainsi récupérer des informations sur une entreprise, un secteur et vous vous ferez connaître. En revanche, pour que cela soit optimal, il faut in fine rencontrer physiquement les personnes. Internet est pratique pour trouver, pas pour concrétiser. Nous avons décrit dans cet article le processus de recherche d’un professionnel sur Linkedin.

    18. Reprenez contact avec les anciens élèves de votre école qui travaillent en Suisse

    C’est encore Linkedin qui va vous permettre de faire des choses extraordinaires : retrouver des anciens élèves qui travaillent en Suisse, avec en prime les sociétés dans lesquelles ils travaillent. Utile, voire très utile pour amorcer son réseautage, tout ça en 3 clics, et gratuitement. Pour savoir comment faire cela, nous avons rédigé un article « L’arme absolue pour retrouver les anciens élèves sur Linkedin« .

    19. Reprenez contact avec les anciens collègues qui travaillent en Suisse

    Vous l’avez deviné, c’est encore Linkedin qui va s’y coller : le principe et les outils sont plus ou moins les mêmes que ceux mentionnés précédemment. Si vous avez perdu de vue vos collègues, Linkedin sera pour sa part resté attentif.

    20. Reprenez contact avec vos références

    Dans la logique du recrutement en Suisse, une référence est une personne dont vous avez communiqué le nom au recruteur qui s’intéresse à votre profil. Cette personne sera, dans la plupart des cas, contactée par le recruteur. Il est donc important de s’assurer qu’elle parlera de vous positivement et objectivement. Un petit contact avec vos références n’est donc pas totalement inutile, pour leur rappeler où vous en êtes et les informer qu’ils pourraient être contactés…

    21. Ne répondez pas seulement aux annonces

    Comme indiqué au début de ce post, rechercher un emploi signifie pour beaucoup de candidats répondre à des annonces. S’il ne faut pas totalement éviter ce mode de recherche d’emploi en Suisse, il est important de comprendre que c’est probablement la méthode de recherche la moins efficace. Il est donc important de faire d’autres choses : activer son réseau et avoir une démarche de networking, faire des candidatures spontanées, participer à des salons professionnels. Selon notre perception, et si on prend en compte l’efficacité des différentes méthodes de recherche d’emploi, entre 60 et 80% de votre temps doit être consacré au réseautage (très important et très efficace en Suisse), le reste étant à partager entre les autres méthodes. Certes, nous sommes conscients que votre conseiller ORP ou Pôle Emploi vous demandera de justifier votre recherche d’emploi par des postulations (qu’il ne faut pas négliger), mais il est de plus en plus admis de présenter les démarches de réseautages qu’on a entreprises.

    22. Exploitez les job boards

    Les job boards sont des outils indispensables pour votre recherche d’emploi en Suisse. Nous voyons plusieurs avantages à utiliser ces job boards : tout naturellement, les annonces, qui sont en général nombreuses (mais qui vous mettent en compétition avec de très nombreux candidats qui voient aussi la même offre que vous). Mais aussi le contenu de ces annonces qui permettent notamment de se faire une idée des termes utilisés par les entreprises pour qualifier tel secteur ou tel métier : lorsqu’on est étranger, on se heurte parfois à des dénominations différentes de son métier ou secteur qui font que votre CV ne sera pas forcément compris ou identifié dans les moteurs des recruteurs. Les job boards permettent également d’identifier les bons mots-clés à insérer dans son profil Linkedin. Une recherche approfondie sur les job boards vous permettra de remédier à ce problème.

    23. Faites une estimation au plus juste de votre futur salaire

    Pour que le processus de recrutement se passe le mieux possible, il est important de connaître très tôt une fourchette de salaire pour le ou les métiers que vous visez. En Suisse, il peut y avoir des différences de salaires considérables entre 2 secteurs d’activité pour un même poste, ou encore des différences importantes entre une PME et une multinationale. S’il est toujours préférable de ne jamais parler en 1er dans le cadre d’une négociation salariale, il est cependant indispensable de savoir ce que l’on vaut, histoire de juger le sérieux de la proposition qu’on pourra vous faire. Vous trouverez de nombreuses informations sur les salaires dans notre guide des salaires en Suisse que vous pourrez télécharger sur notre page « Salaire en Suisse« .

    24. Identifiez les entreprises clés qui vous intéressent et approchez-les

    Une de vos première tâches doit consister à identifier les entreprises clés. Une entreprise clé, c’est une entreprise potentiellement intéressée par votre profil, et qui vous intéresse potentiellement. La Suisse regorge de multinationales et de PME actives dans de nombreux domaines : il est peu probable que vous ne trouviez pas chaussure à votre pied. Pour les identifier, faites un tour sur Linkedin, sur le site des cantons (par exemple Genève….) ou encore sur notre annuaire des grandes entreprises en Suisse.

    25. Utilisez les bons outils pour bien organiser votre recherche d’emploi

    Organisation, veille, recherche d’offres d’emploi et de petites annonces, applications spécifiques, réseaux sociaux professionnels comme Linkedin ou Xing… Le problème aujourd’hui, ce n’est pas tant la disponibilité, c’est l’abondance. Difficile de dresser une liste, mais nous livrons déjà ici une sélection de services à utiliser pour sa recherche d’emploi en Suisse. Et si vous ne voulez rater aucun outil intéressant, vous pouvez déjà vous abonner à notre newsletter !

    26. Mettez en place une veille sur les entreprises qui vous intéressent

    Avez-vous déjà essayé de parler d’un sujet que vous ne connaissez pas ? Pas facile n’est-ce pas ? C’est ce qui risque d’arriver si vous ne faites pas de veille sur les entreprises et secteurs que vous ciblez. En particulier, quand vous serez en contact des professionnels de ces secteurs, autant que vous en connaissiez un maximum sur le sujet pour que la discussion soit la plus intéressante possible et aussi pour faire bonne impression. Même chose lorsqu’il faudra écrire une lettre de motivation : difficile de dire quelque chose si vous ne connaissez rien. Alors pour faire une veille, il faut quelques outils. Les alertes Googles sont un bon début, tout comme des outils comme Talkwalker Alerts. Les réseaux sociaux, et notamment Twitter, sont également une mine potentielle d’informations.

    27. Stockez le fruit de votre veille sur Evernote

    Evernote, c’est l’outil que toute personne qui recherche un emploi doit connaître. Evernote, c’est le moyen le plus rapide de stocker le fruit de sa veille, avec la possibilité d’organiser les articles récupérés avec des « tag » pour les retrouver facilement ensuite. Evernote, c’est également une application mobile qui permet, entre autres, de sauvegarder l’article que vous êtes en train de consulter. Il serait trop long de vous parler d’Evernote ici, alors je vous invite à regarder le billet que nous avons rédigé sur le sujet.

    28. Sortez de votre isolement

    L’isolement est probablement votre pire ennemi après vous-même. Dans la position de recherche d’emploi, c’est précisément l’inverse qu’il faut faire, sortir, rencontrer des professionnels, se rendre à des after work si vous êtes sur place, aller à des conférences, des salons…
    Pour éviter l’isolement, nous vous conseillons également de prendre contact avec des associations spécialisées dans l’accompagnement pour la recherche d’emploi. Localement, sur le bassin lémanique, nous pouvons par exemple citer les talents du grand genevois.

    29. Ne vous entêtez pas

    Si dans votre recherche d’emploi en Suisse vous vous retrouvez au point mort, alors il est important de ne pas s’entêter. Concrètement, cela signifie qu’il faut réagir rapidement en analysant pourquoi cela bloque : vous avez des entretiens, mais pas de concrétisation ? Il y a quelque chose dans votre comportement en entretien qui bloque. Vous avez envoyé 300 candidatures, mais  n’avez obtenu aucun entretien ? Votre dossier (CV notamment) est probablement le coupable. Bref, réfléchissez, analysez, et agissez au bon endroit.

    30. Choisissez le moment des entretiens téléphoniques

    Un recruteur vous appelle et vous demande si vous êtes disponible pour une discussion au téléphone ? C’est bien sûr une excellente nouvelle, mais c’est aussi un très gros piège. Pourquoi ? Parce que vous n’y êtes pas préparé. Il est donc primordial de décaler poliment ce rendez-vous téléphonique à un moment qui vous convient davantage. Et à l’occasion de cet appel, autant capter un maximum d’informations : quelle sera la nature de l’échange ? Quel type d’information la personne recherche-t-elle, etc. On ne pourra jamais vous en vouloir de vous préparer avant un entretien.

    Ça y est, vous avez déroulé cette longue liste de conseils. Nous serions très heureux de connaître les 3 que vous allez mettre en œuvre en premier… et pourquoi pas aujourd’hui ?

    Et puis pensez à partager ce billet, nous pensons qu’il peut être très utile à d’autres personnes…

    Rubrique

    David Talerman

    Spécialiste de l'expatriation et de l'emploi en Suisse, je suis l'auteur du livre Travailler et Vivre en Suisse. Suivez-moi sur Instagram, LinkedIn, Facebook. Suivez notre actualité grâce à notre newsletter.

    11 réflexions sur “30 conseils pratiques à mettre en place immédiatement pour votre recherche d’emploi en Suisse”

    1. Dommage qu’aucun de ces points n’aborde la question du permis de travail profondément quand on sait que cela représente un frein à l’embauche certain…

      1. Bonjour Yuri,
        Comme indiqué dans mon billet, le permis de travail est un paramètre que vous ne pouvez pas maîtriser : que ce soit dans son obtention, ou dans l’interprétation qu’en ont les recruteurs. Du coup, inutile de perdre de l’énergie avec ça. Toutefois votre avis sur le sujet m’intéresse.

    2. Bonjour David, j’ai adoré cet article! Française, je suis expatriée depuis 20 ans et je désire venir sur Genève pour des raisons personnelles. Je suis certaine que ces conseils vont beaucoup m’aider!

    3. Bonjour David merci pour cet article riche en informations. Je vais en Suisse en septembre 2019 pour tenter ma chance de trouver du travail. Y’a-t-il des conseils particuliers à me donner une fois que je serai sur place? devrais je dés à présent commencer à envoyer des candidatures spontanées aux entreprises qui m’intéressent? quel est le travail en amont que vous me conseillez de faire? merci encore pour l’article

    4. Bonjour M. Talerman,

      Je suis à la recherche d’un emploi à Genève. Je suis espagnole. J’ai une licence en Études Arabes et Hébraïques et un master en Relations Internationales, Sécurité et Développement. Je parle Espagnol, Catalan, Anglais, Français et Arabe.

      J’aimerais travailler dans plusieurs domaines: traduction, industrie culturelle, affaires étrangères, immigration…

      Pourriez-vous me conseiller que dois-je faire?

      Cordialement

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Eurex Suisse
    Scala Wells

    Sponsors

    Retour haut de page